Dépêches

Droits humains : La représentante des Nations unies en Haïti, Helen Meagher La Lime, craint « une plus grave détérioration » de la crise


vendredi 21 février 2020

P-au-P, 21 févr. 2020 [AlterPresse] --- L’Américaine Helen Meagher La Lime, la représentante spéciale du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) pour Haïti et la cheffe du Bureau intégré des Nations unies (Binuh) appelle les dirigeants haïtiens à s’engager vers une sortie de l’impasse, pour éviter « une plus grave détérioration » de la situation actuelle, lors d’une intervention, le jeudi 20 février 2020, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, suivie par l’agence en ligne AlterPresse.

« Les effets de cette situation économique difficile et la polarisation politique prolongée risquent d’affecter davantage l’intégrité et l’efficacité des institutions clefs, notamment la Police nationale d’Haiti (Pnh) », met en garde la cheffe du Binuh.

Helen Meagher La Lime déplore le fait que les protagonistes politiques ne sont toujours pas parvenus à trouver un accord, sur le choix d’un premier ministre et la formation d’un gouvernement de consensus.

« Le manque d’accord, sur cette question ainsi que sur le reste du mandat du président, menace de faire perdurer une situation, qui a déjà trop duré ».

« Selon les prévisions, l’économie haïtienne devrait s’enfoncer plus profondément dans la récession. 4,6 millions de citoyennes et de citoyens ont besoin d’assistance humanitaire », prévient la cheffe du Binuh.

Au mois de janvier 2020, des partis politiques de l’opposition, des proches du pouvoir, des représentants du Binuh, de l’Organisation des États américains (Oea), se sont réunis à la nonciature apostolique (catholique romaine) de Port-au-Prince (Haïti), en vue de rechercher une issue à la crise.

Les négociations, qui se sont poursuivies au début du mois de février 2020, n’ont abouti à aucun résultat.

Suite à ces rencontres, « un consensus a émergé sur les contours d’un accord politique, axé sur quatre éléments : la définition des critères de formation d’un nouveau gouvernement ; l’élaboration d’une feuille de route pour la réforme ; la conception d’un processus de révision de la Constitution ; la détermination d’un calendrier électoral », détaille Helen Meagher La Lime.

Ces pourparlers ont essuyé un échec, malgré les efforts développés par les protagonistes politiques, a estimé, dans un communiqué, le Core group, composé de la représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies, des ambassadeurs d’Allemagne, du Brésil, du Canada, d’Espagne, des États-Unis d’Amérique, de France, et de l’Union européenne ainsi que du représentant spécial de l’Oea. [mj emb rc apr 21/02/2020 12:55]