A travers Haiti

Haïti-Environnement : Coupe systématique d’arbres à Ouanaminthe, alerte le conseil municipal de cette ville frontalière


mercredi 12 février 2020

De notre envoyée spéciale Marlyne Jean

Ouanaminthe (Haïti), 12 févr. 2020 [AlterPresse] --- La coupe systématique des arbres s’accélère dans la commune de Ouanaminthe (département du Nord-Est), sur la frontière commune avec Dajabón (République Dominicaine), au point où des espaces de forêts sont même déboisés, fait savoir le directeur général de la mairie de Ouanaminthe, Juléon Durosier.

Durosier participait, le mardi 11 février 2020, à une cérémonie de clôture du concours de textes avec les écoles de Ouanaminthe, autour de la problématique de la gestion de déchets, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Face à leurs conditions de vie déplorables, les habitantes et habitants, notamment celles et ceux qui vivent dans les sections communales, n’arrêtent pas de couper les arbres pour faire du charbon de bois, sans mesurer les conséquences de cette pratique, relate-t-il.

« Certains endroits, que nous avons auparavant considérés comme des forêts, sont maintenant déboisés. Malheureusement, c’est le seul moyen pour les habitantes et habitants de pouvoir subsister ».

Les recettes fiscales de la marie de Ouanaminthe seraient trop faibles pour répondre aux exigences de la protection de l’environnement.

« La population n’a pas cette habitude de payer les impôts. Même les entreprises refusent de payer leurs patentes et préfèrent fonctionner dans l’informel », déplore Juléon Desrosiers.

« Avec un budget, qui varie entre 35 à 37 millions de gourdes l’an (Ndlr : US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui), la mairie de Ouanaminthe n’a pas de moyens pour répondre aux besoins de la population et les empêcher de couper les arbres ».

Difficultés dans la gestion de déchets à Ouanaminthe

La municipalité de Ouanaminthe évoque la gestion des déchets comme l’un des plus grands problèmes.

« Après la tombée des pluies, les déchets créent parfois des embouteillages considérables ».

A travers le projet de « Renforcement du système de gestion des déchets solides en Haïti », il est prévu de doter la mairie de Ouanaminthe en matériels lourds, pour faciliter le ramassage d’ordures, rappelle le directeur général de la mairie de Ouanaminthe.

Ce projet consiste à réfléchir et travailler sur la question politique, en matière de gestion de déchets, avec l’ensemble des actrices et acteurs impliqués dans ces opérations à travers le pays, à accompagner les municipalités, à travers des fournitures d’équipements et de matériels, à donner des sessions de formation et une assistance techniques, explique Jacques Washington Joseph, chef de ce projet.

Le projet de « Renforcement du système de gestion des déchets solides en Haïti » vise à gérer les déchets, particulièrement dans les municipalités de Ouanaminthe (Nord-Est), Jérémie (Granse Anse, une partie du Sud-Ouest d’Haïti) et Mirebalais (Plateau central). Il est financé par le gouvernement du Japon et exécuté par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), en collaboration avec le Ministère de l’Environnement (Mde).

Le montant du projet est évalué à hauteur de 8,5 millions de dollars américains, dont 8 millions du Japon et 500 mille du Pnud, précise Joseph.

Sensibiliser sur la gestion de déchets

Le mardi 11 février 2020, environ 300 élèves, dont plus d’une centaine d’écolières et d’écoliers, issus de 22 écoles de Ouanaminthe, ont pris part à la cérémonie de clôture du concours de textes.

« On doit d’abord sensibiliser, conscientiser et faire connaître à la communauté, en général, les enjeux des déchets sur notre santé », a déclaré, à cette occasion, Wideline Pierre, directrice départementale adjointe du Ministère de l’environnement, dans le département du Nord-Est.

« Le site de décharge, que nous utilisons aujourd’hui, dans la zone de Savane au Lait, la quatrième section communale de Ouanaminthe, ne répond pas aux normes », reegrette Juléon Durosier.

Cependant, trouver un site approprié reste encore une complexité pour les responsables, souligne Jacques Washington Joseph. [mj emb rc apr 12/02/2020 14:45]