Perspectives

Haïti-Séisme/10 ans : Une commémoration officielle sans relief, le 12 janvier 2020, sur fond d’inquiétudes politiques

Des protestataires ont désapprouvé la cérémonie dite officielle en mémoire des victimes du tremblement de terre
dimanche 12 janvier 2020

Actualisé le 13 janvier 2020

P-au-P, 12 janv. 2020 [AlterPresse] --- Sur fond d’inquiétudes et d’incertitudes politiques, le président Jovenel Moïse a participé, ce dimanche 12 janvier 2020, à Port-au-Prince, à plusieurs activités officielles, pratiquement sans relief, sans éclat particulier, visant à commémorer le 10e anniversaire du terrible tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, a observé l’agence en ligne AlterPresse.

Les inquiétudes et incertitudes politiques concernent principalement la fin du mandat, à partir de ce lundi 13 janvier 2020, de la totalité de la chambre des députés et d’une partie du sénat, ainsi que l’absence de perspectives sur un dénouement de la crise multiforme, qui secoue Haïti depuis la tentative gouvernementale avortée, le 6 juillet 2018, d’augmentation des prix des produits pétroliers sur le territoire national.

Accompagné du chef du gouvernement démissionnaire (depuis le 18 mars 2019), Jean Michel Lapin, et du président du sénat, Carl Murat Cantave, entre autres, Jovenel Moïse a déposé une gerbe de fleurs sur le site du mémorial (inachevé) du Morne Saint-Christophe (à 8 km au nord de la capitale), en mémoire des nombreuses victimes du séisme, qui avait fait environ 300 mille morts et d’immenses destructions matérielles.

« Dix ans après, les plaies sont encore béantes. Le temps peut apaiser, mais rien ne nous autorise à oublier. Je suis venu à Saint-Christophe me recueillir devant les tombeaux des milliers de compatriotes et d’étrangers, disparus dans la catastrophe épouvantable du 12 janvier 2010 », s’est-il exprimé, sur son compte Twitter.

Après la cérémonie officielle au mémorial inachevé de Saint-Christophe, un groupe de 6 protestataires, emmené par le comédien Jean Frantz Toussaint, alias Mathias Dandor, ont jeté la gerbe de fleurs, déposée par Jovenel Moïse, pour la remplacer par leur propre bouquet de fleurs, en signe de désapprobation de la cérémonie dite officielle en mémoire des victimes du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010.

Cependant, Jovenel Moïse s’est ensuite dirigé, avec sa délégation, au Musée du panthéon national haïtien (Mupanah), où il a tenu un discours en mémoire des personnes disparues.

Il a appelé chacune et chacun à suivre l’exemple de la solidarité citoyenne, affichée lors de la catastrophe du 12 janvier 2010, pour manifester l’amour et l’espoir l’un envers l’autre.

« Dans les moments difficiles, que nous traversons actuellement, nous avons besoin plus que jamais de cette solidarité, de cette unité et fraternité, qui faisaient notre force, qui nous ont empêchés de perdre l’espoir, en nous donnant le courage de croire dans la reconstruction du pays, le changement et la relance de la croissance économique ».

Une fois encore, Jovenel Moïse a exhorté les protagonistes politiques à mettre de côté l’orgueil, la haine et l’envie d’incendier et de détruire, pour dialoguer, décider et construire ensemble l’avenir du pays.

A l’occasion de la commémoration des 10 ans du séisme, l’urgence est de se mettre ensemble pour reconstruire la nation et la jeunesse, estime Jovenel Moïse, invitant à nouveau les forces politiques, sociales et économiques au dialogue, dans la perspective d’une grande réforme constitutionnelle, économique et sociale, en Haïti.

L’aile dure de l’opposition radicale continue d’exiger la démission de Jovenel Moïse, de plus en plus décrié pour sa mauvaise gestion du pays et son implication dans un scandale de corruption, lié au gaspillage des fonds PetroCaribe(plus de 3 milliards de dollars américains / US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui) de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Comme annoncé, une maquette du plan de reconstruction du Palais national (détruit dans le tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010), par Raco Deco - la firme gagnante du concours d’architecture, lancé par l’État haïtien à travers l’Unité de construction de logements et de bâtiments publics (Uclbp) et le Groupe de travail et de réflexion pour la reconstruction du Palais national (Gtrrpn) - a été dévoilée, ce dimanche 12 janvier 2020, à l’occasion des activités commémoratives au Mupanah.

Une gerbe de fleurs a également été déposée devant une stèle funèbre, érigée sur la cour du Palais national, à la mémoire des employés de l’institution, tués lors du séisme dévastateur du mardi 12 janvier 2010. [emb rc apr 12/01/2020 14:25]