Droits humains / Genre : L’organisation féministe Kay fanm dénonce des viols sur des femmes et filles, sur plusieurs routes nationales en Haïti

P-au-P, 19 déc. 2019 [AlterPresse] --- « Depuis des mois, des bandits armés opèrent sur les routes nationales pour kidnapper des bus et exiger des rançons aux propriétaires. Des femmes et filles passagères se font souvent violées au cours de ces attaques », alerte l’organisation féministe Kay fanm, dans une prise de position transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

Le dernier cas enregistré est celui, perpétré, le samedi 14 décembre 2019, dans la localité de Valbrune, à proximité de Cavaillon (département du Sud).

La police de Cavaillon a appréhendé les auteurs de ces actes répréhenssibles.

Les femmes et filles, victimes de ces agressions, ont été conduites à l’hôpital pour les soins nécessaires, fait savoir Kay fanm.

« Ces actes de violence ne doivent pas être acceptés comme une normalité. Il est du devoir des autorités de prendre les mesures adéquates, pour contrecarrer cette pratique dans le pays et faire en sorte que ces crimes ne restent pas impunis », soutient l’organisme de défense des droits des femmes.

« Il revient à la police d’intervenir pour assurer la sécurité sur les axes routiers, secourir les victimes d’agression, enquêter sur les exactions dénoncées et poursuivre les violateurs avec diligence », insiste Kay fanm.

L’organisation féministe renouvelle ses motivations pour lutter contre la domination excessive masculine, dans la société haïtienne, et pour de meilleures conditions de vie humaine sur le territoire national.

« Kay fanm reste et demeure mobilisée pour combattre cette masculinité toxique, qui porte certains hommes à considérer le corps des femmes comme un champ de bataille. Refuser et contrer la violence envers les femmes, c’est aussi une manière de lutter pour le changement ». [dj emb rc apr 19/12/2019 16:00]