Haïti-Crise : Les documents de l’entente politique de transition, remis officiellement à Jovenel Moïse

P-au-P, 16 déc. 2019 [AlterPresse] --- Une délégation de cinq (5) membres du Groupe d’initiative de la Passerelle (Gip) a transmis officiellement, ce lundi 16 décembre 2019, au président Jovenel Moïse, les documents de l’entente politique de transition du 10 novembre 2019, communément appelée « Accord de Marriott » ou Consensus de Port-au-Prince.

C’est ce qu’indique un communiqué, en date du 16 décembre 2019, portant la signature du coordonnateur du comité de suivi de l’accord de Marriott, Pierre Castel Germeil, et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

La délégation de la société civile était composée du docteur Pierre Castel Germeil, de la docteure Sofia Loréus, de la Mambo (prêtresse dans la religion vodou) Carole Demesmin, du syndicaliste Joseph Domingue Orgella et de l’ancien député Me. Joseph Joël Louis.

Les documents, complétant le consensus, signé par les mandataires des différents blocs politiques et de la société civile, proposent une alternative à la suite d’une éventuelle démission de Jovenel Moïse et du dysfonctionnement du parlement.

Les dits documents comprennent l’entente politique de transition et un résumé des actions de la société civile et des protagonistes politiques, du 10 octobre au 10 décembre 2019.

Le comité de suivi de la structure « Passerelle » réitère son engagement à servir de liaison entre les différents protagonistes, impliqués dans cette crise aigüe, qui secoue la république d’Haïti, afin de « faciliter une solution haïtienne concertée et inclusive débouchant sur la réfondation de la patrie ».

Jovenel Moise a indiqué avoir entamé des négociations, en vue de la mise en place d’un nouveau gouvernement, avant la fin de l’année 2019.

« La solution à la crise politique actuelle passe d’abord et avant tout par la démission sans conditions du président Jovenel Moïse, la réalisation du Procès PetroCaribe et des autres cas de corruption », entre autres, réitère le porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire, signataire de l’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti, Me. Michel André.

L’opposition politique préconise également la mise en place d’une transition de rupture et l’organisation d’une conférence nationale haïtienne souveraine, pour jeter les bases de la naissance d’un nouveau projet de société, dans l’intérêt de toutes et de tous. [emb rc apr 16/12/2019 16:15]