Développement durable

Haïti : A l’occasion des 10 ans du séisme du 12 janvier 2010, des activités projetées pour se souvenir et renaître


vendredi 13 décembre 2019

P-au-P, 13 déc. 2019 [AlterPresse] --- Le mouvement citoyen Amouni lance un ensemble d’activités, visant à commémorer le 10e anniversaire, le dimanche 12 janvier 2020, du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, dans une perspective de renaissance d’Haïti.

Plusieurs comités sont mis en place pour partager des idées, autour de la réalisation de ces activités de commémoration, fait savoir Martine Brisson, initiatrice du mouvement Amouni, lors d’une conférence de presse, le jeudi 12 décembre 2019, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Des conférences sont prévues, pour la première semaine de janvier 2020, autour de la signification du concept renaissance et de la refondation de la nation.

Un comité est installé pour la réalisation, d’une manière symbolique, d’activités sur les places publiques.

L’organisation d’une marche à Port-au-Prince, qui partira d’une place à une autre, a été proposée pour sensibiliser lors de l’événement du dimanche 12 jnvier 2020, fait savoir Brisson.

Un concours d’affiches, autour de la renaissance d’Haiti, lancé depuis le jeudi 12 décembre 2019, prendra fin le mardi 24 décembre 2019.

Ces affiches seront placardées en plusieurs endroits, notamment sur les places publiques.

« Le 12 janvier constitue une date importante, parce qu’à ce moment nous étions dans la solidarité et l’amour. C’est ce qui a permis de sauver des vies », exprime Martine Brisson.

Haïti doit revivre sur de nouvelles bases, dans la lumière, dans une logique de reconstruction et de refondation de la nation, souhaite le mouvement citoyen Amouni, tout en appelant chacune et chacun à faire du dimanche 12 janvier 2020 un grand événement.

Il faut non seulement commémorer la mémoire de nos victimes, mais aussi véhiculer un message de renaissance d’Haïti, suggère le regroupement citoyen Amouni.

Cette renaissance devrait être axée sur une base d’équité et d’inclusion, autour d’une vision commune pour le pays, recommande le mouvement citoyen Amouni, soulignant combien ce regroupement souhaite faire du 12 janvier 2020 un grand événement, « capable de nous propulser (les citoyennes et les citoyens) de l’avant ».

En ce sens, un ensemble des activités sont prévues, de concert avec la communauté haïtienne, toutes celles et tous ceux ouverts à ce projet de renaissance et de construction commune.

« Le mouvement Amouni porte une semence de lumière et cherche à réaliser quelque chose de positif pour Haiti », se réjouit la militante des droits humains Colette Lespinasse, impliquée dans cette démarche.

Lespinasse évoque la nécessité de participer aux activités de commémoration du 12 janvier 2010 et de se projeter dans l’avenir pour rebâtir Haiti, invitant chacune et chacun à rejoindre le mouvement.

Elle encourage la population haïtienne à mener des activités symboliques, en mémoire des victimes du mardi 12 janvier 2010.

La catastrophe, résultant du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, est la conséquence d’une organisation sociale et politique inhumaine, dénonce la militante des droits humains.

Elle prône la solidarité, en vue de construire une nouvelle Haiti, pour toutes et pour tous, et de rompre avec l’exclusion, l’inégalité et l’injustice sociale.

Le tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 a eu des conséquences néfastes sur les personnes handicapées, mais il y a eu des acquis extrêmement positifs, inspirés par l’événement, rappelle, pour sa part, le militant de défense des droits des personnes handicapées Dr. Michel Péan.

« Au niveau d’Amouni, l’inclusion ne concerne pas seulement les personnes handicapées, les personnes en situation socio-économique difficile, mais c’est aussi l’affaire de tout le monde ».

Dr. Michel Péan plaide en faveur d’une politique publique et d’un système de protection sociale, axés sur une approche inclusive.

Il évoque la grande solidarité ,dont ont fait preuve les Haïtiennes et Haïtiens, lors de du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010, ainsi que l’accueil, qui a été réservé à toutes et à tous, sans distinction, dans les espaces publics.

Environ 300 mille morts, le même nombre de blessés et plus d’un million de personnes sans-abris ont été enregistrés, après le tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 en Haïti. [wl emb rc apr 13/12/2019 12:40]