Haïti : De nouvelles dispositions sécuritaires, annoncées pour la fin d’année 2019

P-au-P, 09 déc. 2019 [AlterPresse] --- Le gouvernement démissionnaire (depuis le 18 mars 2019), à travers la secrétairerie d’État à la sécurité publique, annonce de nouvelles mesures de sécurité, visant à permettre le bon déroulement des activités, à travers le territoire national, durant la fin de l’année 2019, période durant laquelle ont lieu traditionnellement des « fêtes de fin d’année ».

Face à la situation de crise multiforme, après plus de 3 mois de pays « locked », de paralysie totale des activités sur le territoire national, en Haïti, des interrogations fusent sur les moyens objectifs d’organisation de « fêtes de fin d’année », d’autant que beaucoup d’entreprises n’ont pas pu s’approvisionner en conséquence.

Quoi qu’il en soit, les bandits, qui s’aviseront de venir nuire à la population, seront arrêtés, tente de rassurer Léon Ronsard St-Cyr, secrétaire d’État à la sécurité publique, lors d’une conférence de presse, ce lundi 9 décembre 2019, à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Les patrouilles policières, particulièrement dans la zone métropolitaine de la capitale, Porrt-au-Prince, seront renforcées. Il y aura une présence constante de la Police nationale d’Haïti (Pnh), à proximité des établissements scolaires, promet St-Cyr.

Les effectifs se sont déjà renforcés, dans les départements de l’Ouest et des Nippes (une partie du Sud-Ouest d’Haïti), notamment à Petit-Goâve et Chalon dans la ville de Miragoâne, souligne Eddy Jackson Alexis, secrétaire d’État démissionnaire à la communication.

Face à la gangstérisation, qui se développe, de plus en plus, et l’augmentation des armes illégales sur le territoire national, des séances de travail ont été organisées avec les responsables de la douane, pour freiner le débarquement d’armes illégales sur le territoire, informe la secrétairerie d’État à la sécurité publique.

« Nous nous sommes rendus compte que plus d’armes à feu et de cartouches sont introduites à travers des containers ».

Deux unités de la Pnh sont maintenues en permanence, pour suivre l’évolution de la situation aux Gonaïves (département de l’Artibonite), où des bandits armés sèment la terreur au sein de la population, selon la secrétairerie d’État à la sécurité publique.

De début janvier 2019 au 5 décembre 2019, 44 policiers nationaux, dont l’inspecteur général Michael Licius, ont été assassinés en Haïti. [mj apr rc 09/12/2019 15:49]