A travers Haiti

Haïti-Crise : L’émission de mandats judiciaires contre des militants politiques, une forme de répression du pouvoir en place, dénonce le parti Ayiti an aksyon


mardi 3 décembre 2019

Gonaïves (Haïti), 03 déc. 2019 [AlterPresse] --- Le parti politique Ayiti an aksyon (Aaa) assimile l’émission de mandats judiciaires, contre des militants politiques de l’opposition, à une forme de répression du pouvoir en place contre ses opposants.

Le commissaire du gouvernement, près le tribunal civil des Gonaïves (département de l’Artibonite), Me. Sérard Gacius, a annoncé avoir émis, le lundi 2 décembre 2019, une vingtaine de mandats d’amener contre des militants de l’opposition politique dans la ville des Gonaïves.

Gacius accuse ces militants d’avoir reçu des armes et des munitions de la part de l’ex-député de Delmas, Arnel Bélizaire, lors de son passage aux Gonaïves, la semaine dernière.

« C’est la répression, qui continue, pour affaiblir le mouvement populaire. C’est une manœuvre du président Jovenel Moïse, pour réprimer toutes celles et tous ceux qui protestent contre lui dans le pays », estime le sénateur Youri Latortue du parti politique Ayiti an aksyon (Aaa), joint au téléphone par l’agence en ligne AlterPresse.

« Ils (les membres du gouvernement) veulent attaquer Gonaïves, car c’est la ville de résistance. Mais, ils savent pertinemment que les habitantes et habitants de cette ville ne se laisseront jamais intimider par eux », déclare Youri Latortue.

Une intervention a été faite, au tribunal de première instance des Gonaïves, pour contester ces mandats, considérés comme illégaux, indique-t-il.

Le principal dirigeant du parti politique Aaa se charge, lui-même, de signaler ce fait, auprès de la délégation américaine, qui sera en Haïti dans les jours à venir.

« Cette provocation est loin de semer la panique au sein des militantes et militants. La lutte continue à la cité de l’indépendance », affirme le porte-parole de l’Aaa et de l’opposition dans la ville des Gonaïves, Fritz Désir, l’un de ceux, qui sont dans le collimateur du commissaire Sérard Gacius dans cette affaire.

« Moi et tous ceux, qui faisons partie du directoire, qui organise les manifestations au niveau de l’Artibonite, notamment dans la ville des Gonaïves, nous prenons notre courage à deux bras pour continuer notre chemin, sans équivoque », réitère Fritz Désir.

La mobilisation pour réclamer la démission de Jovenel Moïse se poursuivra, au cours de la première semaine du mois de décembre 2019, aux Gonaïves et à Port-au-Prince, annoncent des membres de l’opposition radicale, lors d’une conférence de presse tenue le 1er décembre 2019.

Unee manifestation de l’opposition a, d’ailleurs, eu lieu, le mardi 3 décembre 2019, aux Gonaïves, toujours pour réclamer la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique en Haïti. [dj emb rc apr 03/12/2019 16:15]