Dépêches

Haïti-Violence : Des défenseurs de droits humains consternés par l’assassinat de Michaël Licius, ancien directeur central de la police judiciaire


mardi 3 décembre 2019

P-au-P., 03 déc. 2019 [AlterPresse] --- Les organismes de défense de droits humains ont exprimé leur consternation, suite à l’assassinat de l’inspecteur général Michaël V. Licius, ancien directeur central de la police judiciaire, dans la soirée du dimanche 1er décembre 2019, à Vyvy Mitchel (Pétionville, périphérie est), à proximité de sa résidence.

Le corps sans vie de Michaël Licius, responsable de la section « armements » au sein de la Police nationale d’Haïti (Pnh), a été retrouvé, criblé de balles. Une enquête a été ouverte, indique la police.

« Nous sommes consternés et tristes », a déclaré, à l’agence en ligne AlterPresse, Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) .

« C’est un coup dur pour l’institution policière, qui fait face à une insécurité infernale. 44 policiers ont été tués au cours de cette année, alors que, durant les 3 années précédentes, on n’avait enregistré qu’une moyenne de 15 policiers tués », souligne-t-il.

Antonal Mortimé, codirecteur de Défenseurs plus, déplore et condamne l’assassinat de l’inspecteur divisionnaire.

Il confie son inquiétude, suite à la disparition brutale d’un cadre haut placé de la police « qui disposait d’informations sensibles et importantes pour la police et le pays ».

« Michaël Licius a sacrifié sa vie pour la police nationale d’Haïti », relève, de son coté, Marie Yolène Gilles, directrice exécutive de la Fondation je klere (Fjkl).

« Il avait traqué beaucoup de bandits, de dealers de drogue et de kidnappeurs, afin de donner des résultats au niveau de la Direction centrale de la police judiciaire », ajoute-t-elle.

Les défenseurs de droits humains adressent leurs sympathies à la police et réclament une enquête sérieuse, afin que justice soit faite et que la famille obtienne réparations.

Le Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp) a également condamné l’assassinat de Michaël Licius, qu’il qualifie de « crapuleux », tout en présentant sa solidarité et ses sympathies aux proches parents et collègues de la victime ainsi qu’à la Police nationale d’Haïti, dans un communiqué, publié le soir du meurtre.

Le Mjsp déclare vouloir mettre en œuvre toutes les dispositions institutionnelles, via le parquet près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, pour identifier et traîner, par devant les tribunaux, les coupables ainsi que leurs complices.

Dans la soirée du 25 septembre 2007, Michaël Licius avait été blessé par balles, lors d’une attaque d’individus armés à Frères (Pétionville).

Par ailleurs, au moins 5 jeunes ont été assassinés par des individus armés, ce weekend, dans la nuit du samedi 30 novembre au dimanche 1er décembre 2019, dans les environs de Gressier (municipalité au sud de la capitale), alors qu’ils participaient à une activité festive. 4 autres autres personnes ont également été blessées par balles à la même occasion. [gp apr 03/12/2019 04:00]