A travers Haiti

Haïti-Justice : L’ancien député Arnel Bélizaire transféré à la Dcpj de Port-au-Prince après avoir été arrêté à Jacmel


samedi 30 novembre 2019

Jacmel (Haïti), 30 nov. 2019 [AlterPresse] --- L’ancien député Arnel Bélizaire, recherché pour « complot contre la sûreté intérieure de l’Etat », a été arrêté tôt dans la matinée du 30 novembre 2019 à Jacmel (Sud-Est), puis transféré le même jour à la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) à Port-au-Prince, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

L’arrestation a été effectuée à Carrefour La Vallée (entrée nord de la ville de Jacmel) vers 1:00 am (6:00 gmt), selon les informations fournies à la presse par la police de Jacmel.

L’ancien parlementaire était accompagné de 7 autres individus montés à bord de 3 véhicules, qui circulaient en convoi.

Il s’agit de Fleure Jean-Pierre, Killik Cemelus Pierre, Clermont Belizaire, Joanel Paul, Garry Philémon, Mackenton Estoril et Roberson Harry Joanis, âgés entre 33 et 52 ans, selon des sources policières.

Ils étaient en possession de 3 fusils, 5 pistolets, 3 grenades lacrymogènes, 1 grenade à fragmentation, des munitions, 14 téléphones, 2 tablettes, 1 magnétophone et environ 300,000 gourdes (US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourrd’hui).

Arnel Belizaire est originaire de Jacmel, où il se rendait après avoir échappé, la veille (vendredi 29 novembre 2019), à Saint-Marc (Artibonite, Nord), à une intervention de la police, dans un hôtel, où il donnait une conférence de presse.

Sa résidence à Jacmel a été perquisitionnée.

Le parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince reproche à Arnel Bélizaire d’avoir menacé d’incendier l’ambassade américaine à Tabarre et la Brasserie de la Couronne.

L’ex-parlementaire aurait tenu récemment ces propos violents sur les ondes d’une station de radio privée.

Par ailleurs, le parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince a également décerné des mandats d’amener contre d’anciens hauts fonctionnaires de l’Etat et des responsables de la compagnie d’électricité Sogener.

Les chefs d’accusation, portés contre ces personnalités, sont « faux et usage de faux en écriture privée, surfacturation, enrichissement illicite, abus de confiance et association au préjudice de l’Etat », selon la teneur des mandats. [gp apr 30/11/2019 12:00]