Dépêches

Haïti-Crise : Le parlement européen encourage « un dialogue inter haïtien », en vue d’une solution durable

Vive dénonciation des actes de répression du pouvoir contre les manifestantes et manifestants
vendredi 29 novembre 2019

P-au-P, 29 nov. 2019 [AlterPresse] --- Le parlement européen invite toutes les parties « à engager un dialogue inter haïtien franc, ouvert et inclusif, afin de mieux répondre aux besoins et aux aspirations élémentaires de la population (…) ».

Ce dialogue devrait permettre de trouver des solutions durables à la crise politique, souligne le parlement européen, à travers une résolution, adoptée le jeudi 28 novembre 2019 sur Haïti, et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Il exhorte l’ensemble des parties concernées à s’abstenir de tout acte de violence, afin d’éviter toute aggravation de l’instabilité et des souffrances de la population.

La répression des manifestations pacifiques par les autorités haïtiennes, le recours à la force létale, à la détention arbitraire et à l’intimidation, entre autres, sont condamnés par le parlement européen.

Les autorités haïtiennes doivent renoncer immédiatement à l’usage illicite de la force, en particulier des armes à feu et des munitions réelles, contre les manifestants pacifiques, exige-t-il.

Elles doivent également respecter le droit des peuples à manifester librement et pacifiquement, ajoute le parlement européen, tout en renouvelant son soutien aux revendications du peuple haïtien, visant à mettre un terme à la corruption et à l’impunité.

Les signataires de l’alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti et l’opposition institutionnelle ont visité, le jeudi 28 novembre 2019, les prisonniers politiques, incarcérés arbitrairement dans les commissariats de police, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, dans une perspective de renforcement de la mobilisation.

Ils ont exprimé leur solidarité envers les communautés des quartiers populaires et des bases de l’opposition, victimes de la répression du gouvernement de Jovenel Moïse, laquelle, selon l’opposition, aurait déjà fait plusieurs centaines de morts et de blessés.

« Le peuple haïtien ne baissera pas les bras. La solution à la crise politique actuelle passe, d’abord et avant tout, par la démission de Jovenel Moïse, la réalisation du procès Petrocaribe et l’organisation de la Conférence nationale haïtienne souveraine, pour jeter les bases de l’émergence d’un nouveau projet de société, dans l’intérêt de toutes les couchés sociales de la nation haïtienne », réitère le porte-parole du Secteur dit démocratique et populaire, Me. Michel André.

Le Secteur dit démocratique et populaire appelle à l’intensification de la mobilisation, en vue de la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique.

« Si David Hale vient en Haiti pour appeler à la négociation et à la formation d’un gouvernement avec Jovenel Moïse, il viendra perdre son temps », déclare, dans un tweet, Michel André, soutenant que le secteur démocratique et le reste de l’opposition ne reculeront devant aucun blanc.

Une nouvelle mission américaine, dirigé par le sous-secrétaire d’Etat aux affaires politiques au département d’Etat américain, David Hale, devrait venir, en Haiti, au début du mois de décembre 2019, pour tenter de trouver une issue à la crise actuelle, selon des médias. [emb rc apr 29/11/2019 11:55]