Dépêches

Haïti-Crise : La structure citoyenne Nou p ap dòmi critique la collaboration de l’Oea avec Jovenel Moïse, éclaboussé dans des dossiers de corruption


jeudi 21 novembre 2019

P-au-P, 21 nov. 2019 [AlterPresse] --- La structure citoyenne Nou p ap dòmi condamne l’initiative, prise par l’Organisation des États américains (Oea), de travailler avec le président Jovenel Moïse, qui serait également impliqué dans la dilapidation des fonds Petrocaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Cette décision de l’Oea montre clairement combien celle-ci n’est pas intéressée à combattre réellement la corruption et l’impunité en Haïti, fustige Nou p ap dòmi, dans une note dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

En juin 2019, une délégation de haut niveau de l’Organisation des États américains (Oea) avait effectué une mission d’enquête, dans le pays, pour trouver les moyens de faciliter, au mieux, un dialogue entre les protagonistes politiques haïtiens.

Toute initiative, entreprise par des organisations internationales et des ambassades étrangères, sans tenir compte de la voie du peuple, est condamnée à échouer, avertit le regroupement de citoyennes et citoyens, tout en demandant la démission de Jovenel Moïse.

Un communiqué, publié par les services de l’ambassadrice étasunienne auprès de l’Organisation des Nations unies (Onu), Kelly Dawn Knight Craft, en visite en Haiti, le mercredi 20 novembre 2019, encourage les protagonistes à mettre de côté leurs désaccords, pour trouver ensemble une solution au bénéfice des Haïtiennes et Haïtiens.

L’émissaire étasunienne souhaite la mise en place d’un gouvernement totalement opérationnel, pour combattre la corruption et enquêter sur et poursuivre ceux qui se sont rendus coupables de violations de droits humains, y compris les responsables des tueries à La Saline et au Bel Air.

L’opposition politique continue d’appeler à la démission immédiate et sans conditions de Jovenel Moïse de la présidence politique en Haïti, après sa rencontre, du mercredi 20 novembre 2019, avec l’ambassadrice américaine auprès de l’Onu, Kelly Craft.

Le mercredi 20 novembre 2019, l’opposition politique a manifesté, dans les rues de Port-au-Prince, contre l’ingérence étasunienne dans les affaires internes de la république d’Haïti, mais en faveur de la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique.

« Trop de sang a coulé. Jovenel Moïse doit démissionner sans conditions », ont scandé des protestataires, également le mercredi 20 novembre 2019, lors d’une mouvelle manifestation dans les rues des Gonaïves (à 171 km au nord de Port-au-Prince). [emb rc apr 21/11/2019 16:35]