Dépêches

Haïti-Crise : Plusieurs secteurs applaudissent l’entente politique de l’opposition


lundi 11 novembre 2019

P-au-P, 11 nov. 2019 [AlterPresse] --- Divers secteurs saluent l’accord trouvé le dimanche 10 novembre 2019. entre différents protagonistes politiques de l’opposition, pour le choix d’un juge à la Cour de Cassation, devant remplacer le président Jovenel Moïse.

L’Organisation des citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh) y voit « un pas important, franchi dans le processus de recherche de solutions pour un dénouement à la crise en Haïti », dans une note, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

L’Ocnh félicite la structure « Passerelle », qui a pris l’engagement de mettre, autour d’une table de concertation, différents protagonistes « majeurs » dans la crise, à environ neuf (9) semaines de « pays locked », durant lesquelles les principales activités sont paralysées sur le territoire national.

Dans le souci d’une démarche impartiale, « un esprit non partisan », l’Ocnh invite la structure « Passerelle » à rencontrer, dans le meilleur délai, le président Jovenel Moïse ainsi que ses alliés.

« C’est au président Jovenel Moïse de prouver sa volonté de contribuer à l’amélioration de la situation de la population, avec tout sacrifice que cela nécessite », poursuit-elle.

« C’est une victoire d’avoir signé l’accord. Les difficultés, ce sera de gérer la suite de cette victoire », affirme Serge Jean-Louis, porte-parole de l’Alternative consensuelle pour la refondation d’Haïti, dans une interview accordée à AlterPresse.

« Aucun consensus ne peut être matérialisé sans le soutien populaire », exprime, pour sa part, Edgard Leblanc Fils, coordonnateur du parti politique Organisation du peuple en lutte (Opl).

Dans une note de presse, publiée le samedi 9 novembre 2019, le parti politique Fanmi Lavalas, qui n’a pas signé l’entente politique, déclare que sa position, concernant le choix du nouveau président de transition, n’empêchera pas sa participation dans les mobilisations populaires, visant à chambarder le système actuel.

Fanmi Lavalas, qui a également pris part aux pourparlers des vendredi 8 et samedi 9 novembre 2019, a refusé de signer le protocole d’accord du 9 novembre 2019, qui envisage la mise en place d’une commission spéciale, formée de 7 représentantes/représentants, dont des 5 blocs politiques, ayant conclu l’entente du 9 novembre 2019, et de 2 personnalités de la société civile.

Cette commission spéciale devrait statuer sur les critères de choix d’un juge à la Cour de Cassation, pour remplacer Jovenel Moïse à la présidence politique.

Des barricades continuent d’être dressées, ce lundi 11 novembre 2019, sur diverses routes, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, et des villes de provinces, dans le cadre des mobilisations antigouvernementales, au début de la neuvième semaine de protestations populaires pour exiger la démission de Jovenel Moïse. [mj emb rc apr 11/11/2019 17:00]