<

Haïti-Crise : Enseignantes et enseignants réclament la démisssion de Jovenel Moïse, pour permettre la réouverture de l’école

P-au-P, 21 oct. 2019 [AlterPresse] --- Plusieurs centaines d’enseignantes et enseignants, parents d’élèves, écolières et écoliers ainsi que d’autres sympathisantes et sympathisants ont défilé, ce lundi 21 octobre 2019, dans les rues de Port-au-Prince, pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, obseerve l’agence en ligne AlteerPresse.

« Si Jovenel Moïse part aujourd’hui, l’école rouvrira ses portes demain », scandent des centaines de manifestantes et manifestants, dont des enseignantes et enseignants pour la plupart, lors du défilé.

Yon lòt lekòl pou yon lòt sosyete (une autre école pour une autre société), Elèv lekòl mande Jovenel kite pouvwa a, pou yo ka al lekòl (Les élèves demandent à Jovenel Moïse de laisser le pouvoir pour qu’ils puissent se rendre à l’école),« Vive un Etat qui valorise l’équité, l’honnêteté et la compétence », lit-on sur les pancartes de revendications.

Plusieurs élèves, portant uniformes, de diffférents établissements scolaires, publics et privés, ont pris part à la manifestation, qui a démarré devant le lycée du Cent cinquantenaire (Lycée des jeunes filles), situé à la rue Capois (centre-ville de Port-au-Prince).

« Nous sommes aujourd’hui dans les rues pour demander au président de prendre ses responsabilités. Dans son récent discours, il n’a pas dit quand il y aura la stabilité politique dans le pays et une reprise des activités, notamment scolaires », lâche un lycéen.

Cette marche des enseignantes et enseignants a parcouru l’avenue John Brown (Lalue), l’avenue Martin Luther King (communément appellée « Nazon »), le carrefour des routes de Delmas et de l’Aéroport international de Port-au-Prince, la route de Delmas, où des barricades de pneus usagés enflammés ont été remarqués.

L’appel à la manifestation, ce lundi 21 octobre 2019, a été lancé par la plateforme syndicale des enseignantes et enseignants, qui regroupe l’Union nationale des normaliens et éducateurs haïtiens (Unnoeh), la Confédération des enseignantes et enseignants haïtiens (Cneh), le Groupe d’initiative des enseignantes et enseignants en lutte (Giel), la Ligue nationale des enseignantes et enseignants haïtiens (Lineh), entre autres.

L’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh), le Regroupement des enseignants du fondamental pour une éducation rénovée par des actions nouvelles et solidaires (Referans), l’Association pour une nouvelle image d’Haïti (Anih) et la Fondation pour l’encadrement des enfants d’Haïti (Feeh) appuient aussi la mobilisation.

Ce lundi 21 octobre 2019, a lieu également, à Jérémie (département de la Grande Anse, une partie du Sud-Ouest d’Haïti), une marche, à l’initiative de la plateforme des enseignantes et enseignants de la commune de Jérémie, en vue d’exiger la démission de Jovenel Moïse.

Des milliers de manifestantes et manifestants ont encore défilé, le dimanche 20 octobre 2019, dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, à l’appel d’un collectif d’artistes, toujours pour exiger la démission du président. [wl emb rc apr 21/10/2019 12:55]