Dépêches

Haïti-Crise : Au moins 2 morts par balles, des édifices publics et privés incendiés, le 17 octobre 2019, lors des mobilisations contre Jovenel Moïse


vendredi 18 octobre 2019

P-au-P, 18 oct. 2019 [AlterPresse] --- 2 personnes mortes, parmi plusieurs blessées par balles, des institutions publiques et des édifices privés incendiés : tel est le bilan, ce jeudi 17 octobre 2019, des mouvements de protestations, à Port-au-Prince et dans des plusieurs villes de province, visant à réclamer le départ du président Jovenel Moïse, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Ils étaient des milliers de manifestantes et manifestants à défiler, dans les rues de la capitale et dans plusieurs autres villes, dans les différents départements géographiques, en Haïti, à l’occasion de la commémoration du 213e anniversaire de l’assassinat, le 17 octobre 1806, de l’un des pères fondateurs de la nation, l’empereur Jean-Jacques Dessalines.

Un (1) jeune homme a succombé de ses blessures par balles et un autre a été blessé par balle, à l’avenue Christophe, au centre-ville de Port-au-Prince, durant le passage d’une branche de la manifestation, qui a terminé sa course au Champ de Mars (principale place publique à Port-au-Prince).

Une des branches, de la manifestation contre Jovenel Moïse, avait, à sa tête, le principal dirigeant de la plateforme Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse, ancien sénateur du Nord et ancien candidat à la présidence.

Devant l’ambassade américaine, à Tabarre (au nord-est de Port-au-Prince), Jean-Charles Moïse a dénoncé la communauté internationale pour son appui inconditionnel à Jovenel Moïse.

A Léogane (département de l’Ouest), le tribunal de paix ainsi que la radio Excellence, propriété du député Jean Wilson Hyppolite, proche du pouvoir en place, ont été saccagés par des manifestants en colère. Ils ont aussi incendié plusieurs véhicules au sous-commissariat de police d’Anacaona, à Léogane.

Les protestataires accusent des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) d’avoir tué un adolescent de 16 ans, à Léogane, en marge d’une manifestation de l’opposition dans la Cité d’Anacaona.

Sur la cour du conseil municipal de Gressier (non loin de Léogane), des véhicules ont été également incendiés.

A l’occasion de la commémoration du 213e anniversaire de la mort de Jean-Jacques Dessalines, Jovenel Moïse a déposé une gerbe de fleurs, au pied du monument érigé en mémoire de l’empereur au Musée du panthéon national haïtien (Mupanah).

Jovenel Moïse était accompagné du premier ministre démissionnaire, Jean Michel Lapin, du titulare démissionnaire de l’intérieur et des collectivités territoriales, Pierre Josué Agénor Cadet, du directeur général a.i. de la Pnh, Rameau Normil, entre autres.

Les représentants du pouvoir législatif et du corps diplomatique et consulaire ont brillé par leur absence.

Quoique fortement déployés au Champs de Mars, des agents de la Pnh ont dû intervenir, pour disperser une foule de manifestants qui voulaient perturber la cérémonie.

Intervenant en marge de cette brève cérémonie officielle, Jovenel Moïse a, de nouveau, pointé ce qu’il appelle le « système », comme le véritable ennemi du pays, en appelant les citoyennes et citoyens à empêcher ce « système » de se régénérer. [emb rc apr 18/10/2019 10:30]