A travers Haiti

Haïti-Médias : Certains élus proches du pouvoir auraient fait des menaces de mort répétées sur le journaliste Néhémie Joseph

assassiné à Mirebalais, jeudi après-midi 10 octobre 2019
vendredi 11 octobre 2019

Mirebalais (Haïti), 11 oct. 2019 [AlterPresse] --- Le journaliste Néhémie Joseph, qui travaillait à la station de radio privée Panic FM de Mirebalais (département du Plateau central) et également correspondant de Radio Méga, à Port-au-Prince, faisait l’objet, depuis quelque temps, de menaces de mort de la part de certains élus du département du Plateau central, proches du pouvoir, a-t-il, maintes fois, affirmé, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Dans l’après-midi du jeudi 10 octobre 2019, des individus non identifiés sont passés de la parole aux actes, en assassinant par balles le journaliste Néhémie Joseph à Mirebalais.

Les prises de position critiques du journaliste Néhémie Joseph et son plaidoyer en faveur du développement de son patelin et de son pays, en général, lui ont valu l’animosité de certains et surtout d’être indexés parmi les travailleurs de la presse, portant un discours qui dérange.

L’assassinat de Néhémie Joseph vient augmenter le nombre de journalistes, assassinés dans l’exercice de leur fonction en Haïti.

Pétion Rospide, allias Douze, journaliste de la station privée Radio San Fin (Rsf), a été atteint de projectiles, dans la soirée du lundi 10 juin 2019, près du Portail Léogâne, alors qu’il faisait route pour rentrer chez lui.

Pétion Rospide venait de présenter une émission d’analyse politique, dans laquelle il dénonçait, entre autres, une attaque d’individus non identifiés contre la station privée Radio Télé Ginen, où trois véhicules ont été incendiés à la mi-journée du 10 juin 2019.

Depuis le 14 mars 2018, le photojournaliste Vladjimir Legagneur est porté disparu à Gran Ravin (sur les hauteurs de Martissant, dans la périphérie sud de la capitale), où il s’était rendu dans le cadre d’un reportage photographique.

Le corps du photojournaliste Vladjimir Legagneur n’a jamais pu être retrouvé jusqu’à date (octobre 2019). Et les résultats des tests d’Acide désoxyribo nucléique (tests Adn) des ossements, retrouvés dans une fosse commune du quartier de Gran Ravin, ne sont toujours pas disponibles. [db emb rc apr 11/10/2019 15:55]