Dépêches

Haïti-Crise-Violence : Les mouvements de protestation ont coûté la vie à plus de 70 personnes en 2019


vendredi 11 octobre 2019

P-au-P., 10 oct. 2019 [AlterPresse] — 77 personnes ont été tuées en Haïti, depuis le début de l’année 2019, dans le cadre des mouvements de protestation, selon des chiffres fournis à AlterPresse par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Pour la période, allant du 1er au 9 octobre 2019, 10 personnes ont trouvé la mort, dont 4 ont été assassinées pour la seule journée du 1er octobre 2019, à la Saline, lors d’un affrontement entre les gangs de Ti Junior et alliés et ceux des quartiers de projet La Saline.

3 des personnes assassinées répondent aux noms de Jean Wilner FORTUNÉ, Roger CLAUDE et Osnel BERTIN, précise le Rnddh.

Le 4 octobre 2019, des patrouilles policières, qui sillonnaient la ville du Cap-Haïtien (Nord), lors d’une manifestation, auraient tiré : Carole Jasmin, 65 ans, a été atteinte à la rue 11 M, alors qu’elle revenait d’un centre commercial, selon les déclarations de son fils Wisly Jean.

Toujours, selon ce bilan, le 6 octobre 2019, Denilson Dénoé, âgé de 19 ans, a été tué, devant sa maison, par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), à Tabarre 51 (périphérie nord-est).

Le 8 octobre 2019, Marckson Pierre, âgé de 16 ans, est décédé à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (Hueh), à Port-au-Prince, des suites des blessures par balles, dont il a été victime, le 2 octobre 2019, au niveau de Delmas 83 (périphérie est).

Toujours, selon le Rnddh, du 16 au 30 septembre 2019, 17 personnes ont été tuées à travers Haïti, alors que, pour la période allant du 9 au 28 juin 2019, 10 personnes ont perdu la vie dans le département de l’Ouest.

Plus tôt, en 2019, soit du 7 au 17 février 2019, au cours des mouvements de protestation, qui ont eu lieu à travers le pays et durant la période « pays locked », 40 personnes ont perdu la vie. [db gp apr 10/10/2019 20:00]