A travers Haiti

Haïti-Crise : Les villes de province de plus en plus en ébullition pour le départ de Jovenel Moïse


jeudi 10 octobre 2019

Les Cayes (Haïti), 10 oct. 2019 [AlterPresse] --- Les mobilisations populaires, pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse, augmentent en ampleur, ces derniers jours, dans les villes de province d’Haïti, observe l’agence en ligne AlterPresse.

Cette semaine, la plupart des communautés, dans les différents départements géographiques, continuent de se mobiliser, pour mettre fin au régime politique en place, symbolisé par le Parti haïtien tèt kale (Phtk).

Dans la ville des Cayes (département du Sud), le mercredi 9 octobre 2019, un jeune homme a été tué par balle, lors d’une nouvelle journée de manifestation anigouvernementale.

Des entreprises publiques et privées ont été attaquées par les protestataires en colère, qui ont défilé avec le corps sans vie du jeune homme, étalé sur un brancard.

Le mardi 8 octobre 2019, des manifestantes et manifestants, hostiles au pouvoir en place, ont empêché l’installation du nouveau délégué du département du Sud, Serge Chéry, dans les locaux du tribunal de première instance des Cayes.

La cérémonie d’installation du nouveau délégué départemental du Sud a été reportée sine die.

Des affrontements ont eu lieu entre des proches du nouveau délégué et des manifestants, proches de l’opposition politique.

Dans la ville des Gonaïves (département de l’Artibonite, à 171 km au nord de Port-au-Prince), des habitants, tout en exhibant des armes à feu, ont aussi manifesté, le mardi 8 octobre 2019, contre Jovenel Moïse.

Les manifestants ont tenté d’incendier les locaux de la délégation départementale de l’Artibonite.

Dans la nuit du mardi 8 au mercredi 9 octobre 2019, des individus non identifiés ont vandalisé les bureaux du parquet près le tribunal civil des Gonaïves.

A Saint-Marc (Artibonite, à 96 km au nord de la capitale), les manifestantes et manifestants ont mis, cette semaine, des cadenas aux portes de plusieurs insitutions publiques, dans le cadre de l’opération « poser des scellés populaires ».

Le mercredi 9 octobre 2019, le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Saint-Marc, accompagné d’un juge de paix, a procédé à la réouverture du parquet près le tribunal civil de Saint-Marc.

Du lundi 7 octobre 2019 au mercredi 9 octobre 2019, diverses mobilisations ont également eu lieu au Cap-Haïtien (Nord), Jacmel (Sud-Est), Port de Paix (Nord-Ouest), Mirebalais (Plateau central), Jérémie (Grande Anse, une partie du Sud-Ouest d’Haïti), Miragoane (département des Nippes, une partie du Sud-Ouest d’Haïti), Petit-Goave (Ouest, à 68 km au sud de Port-au-Prince), Léogane (à une trentaine de km au sud de la capitale), etc.

Un nouveau grand mouvement de protestations est programmé, pour le vendredi 11 octobre 2019, dans la capitale, Port-au-Prince, et dans plusieurs autres villes, en province, pour continuer d’exiger la démission de Jovenel Moïse.

L’opposition politique annonce qu’elle ira chercher la lettre de démission de Jovenel Moïse au domicile de ce dernier, au cas où il refuserait de laisser le pouvoir. [emb rc apr 10/10/2019 15:50]