Dépêches

Haïti-Politique : Des organisations politiques et de droits humains rejettent la nouvelle commission présidentielle de recherche de solution à la crise


mercredi 9 octobre 2019

P-au-P, 09 oct. 2019 [AlterPresse] --- Le parti politique Rasin kan pèp la et l’Organisation des citoyennes et citoyens pour une nouvelle Haïti (Ocnh) désapprouvent la nouvelle commission, mise en place par le président Jovenel Moïse, en vue d’aboutir à une sortie de crise politique, dans des interviews accordées à l’agence en ligne AlterPresse.

La présidence et le sénat font preuve d’aveuglement total par rapport à la conjoncture actuelle, relève le porte-parole de Rasin kan pèp la, Camille Chalmers.

La seule décision à prendre aujourd’hui est de déterminer comment organiser, le plus vite possible, le départ de Jovenel Moïse, déclare le parti politique Rasin kan pèp la .

Rasin kan pèp la qualifie d’irresponsable la déclaration du président du sénat, Carl Murat Cantave, qui approuve un dialogue national avec Jovenel Moïse.

Le président du sénat n’a pas conscience qu’il fait partie du problème et pas le contraire, poursuit-il.

« Le peuple se lance dans un soulèvement politique et éthique contre le parlement, tout comme il le fait contre le président Jovenel Moïse ».

L’un des membres de la commission présidentielle, Jude Charles Faustin, représente un irritant, désapprouve, pour sa part, le coordonnateur général de l’Ocnh, Me. Camille Occius, estimant, toutefois, que le dialogue est primordial pour le pays.

La présidence haïtienne, de plus en plus décriée, a annoncé avoir fait choix de sept personnalités, devant conduire des discussions, afin d’aboutir à une solution dite « concertée » de sortie de crise, précise un communiqué du secrétariat général du Palais national.

Cette commission présidentielle, qualifiée, dans les milieux politiques, de « commission rose », c’est-à-dire de gens favorables au Parti haïtien tèt kale (Phtk), est formée d’Evans Paul (ancien premier ministre de Joseph Michel Martelly, du 16 janvier 2015 au 26 février 2016) et de Josué Pierre-Louis (responsable de l’Office de management des ressources humaines / Omrh), de Rénald Lubérice (responsable du secrétariat du conseil des ministres), Sainphor Liné Balthazar (un des dirigeants du Phtk), Colombe Emilie Jessie Menos (ancienne titulaire au tourisme), Jude Charles Faustin (conseiller politique de Jovenel Moïse) et Rodolphe Joazile (ancien sénateur et ancien titulaire de la défense sous Michel Martelly) font également partie de cette nouvelle commission présidentielle.

Des mobilisations de rues, visant à réclamer le départ de Jovenel Moise, continuent de s’intensifier sur le territoire national, provoquant la paralyse des activités depuis environ quatre semaines.

L’opposition politique, qui rejette les appels au dialogue de la présidence et de la communauté internationale, projette encore de manifester, dans les rues de Port-au-Prince, et de plusieurs autres villes, en province, le vendredi 11 octobre 2019, contre le régime politique en place. [dj emb rc apr 09/10/2019 16:45]