Documents

Haïti-Crise : J’aurais tant voulu...

Cri de rage d’une enseIgnante et directrice d’école
mardi 8 octobre 2019

Par Marguerite Bouchereau Clérié

Soumis à AlterPresse le 07 octobre 2019

Aux salauds de la République qui nous gouvernent : président, ministres, sénateurs, députés, juges magistrats

Aux voyous de tous bords ; membres de l’opposition scélérate

Au soit disant “secteur démocratique”

Je vous crie aujourd’’ hui mon dégoût, ma rage et ma frustration de ne pouvoir rien contre vous car vous avez contribué à démanteler toutes les institutions de mon pays.

Oui, j’aurais tant voulu que la justice se mette en branle pour vous juger, vous condamner et vous destituer de ce pouvoir que vous avez souillé et vous donner la sentence que vous méritez tous : LA POTENCE.

J’aurais tant voulu vous faire taire, vous faire arrêter d’aboyer car rien de beau, rien de vrai ne peut sortir de vos lèvres souillées par la bassesse et par l’appât du gain facile.

J’aurais tant voulu vous faire cesser vos chants de haine et de discorde car votre stratégie de la chaise musicale ou du “ ôte toi que je m’y mette” nous mènera tous à la catastrophe.

J’aurais tant voulu vous parler de dignité, d’honnêteté, de beauté et d’amour mais vous êtes trop aveugles et trop sourds pour comprendre la valeur de ces mots.

J’aurais tant voulu vous parler de patriotisme et de citoyenneté mais ce sont des valeurs trop belles et trop exigeantes pour que vous puissiez les incarner.

J’aurais tant voulu vous parler de courage et de fierté mais votre lacheté et votre cupidité vous éloignent de ces vertus citoyennes.

J’aurais tant voulu vous parler de loyauté envers vous mêmes d’abord et envers la patrie ensuite mais votre cruauté et votre soumission aux forces du mal font de vous des voyous et des malfrats.

Enfin j’aurais tant voulu vous parler d’Haïti, de ses filles et de ses fils, de ce pays magnifique et de ces gens dignes, courageux et fièrs pour vous offrir des modèles à reproduire mais hélas, votre haine des autres, votre désir de destruction sont plus forts que votre capacité à vous mettre à la place des autres pour comprendre leur souffrance.

Honte à vous tous et que vite nous puissions vous jeter tous dans les poubelles de l’Histoire. Et que renaisse Haïti pour le bonheur de ses enfants.