Perspectives

Éducation : Des enseignantes et enseignants exigent le report de la réouverture des classes du 9 septembre 2019 en Haïti


jeudi 5 septembre 2019

P-au-P, 05 sept. 2019 [AlterPresse] --- Des enseignantes et enseignants, réunis au sein de la plateforme dénommée « Regroupement des enseignantes / enseignants du fondamental pour une éducation rénovée par des actions nouvelles et solidaires » (Referans) exigent le report de la réouverture des classes, officiellement fixée pour le lundi 9 septembre 2019, vu le contexte particulièrement difficile, dans lequel se trouve la république d’Haïti.

« La rentrée des classes du 9 septembre 2019 n’est plus possible. Elle devrait être reportée. 5 jours avant la date officiellement décidée, aucune disposition institutionnelle n’est annoncée par le ministère de l’éducation nationale, en ce qui concerne les ouvrages scolaires, généralement subventionnés, tous les ans, par l’Etat », relève Sadrac Casimir, coordonnateur national de la plateforme Referans, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

À partir du lundi 9 septembre 2019, Referans projette plusieurs journées de mobilisation, pour forcer les autorités à reporter la date de la rentrée des classes et à assurer une meilleure préparation globale.

C’est seulement le mercredi 4 septembre 2019 qu’un responsable d’une librairie a informé avoir conclu un contrat de subvention avec le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp).

Préparer les ouvrages scolaires, qui font partie d’un contrat de subvention, afin de les rendre disponibles pour les parents, prendrait au moins 20 jours, souligne la plateforme Referans.

Les résultats de l’appel d’offres, relatif à la subvention des manuels scolaires subventionnés, devraient être rendus publics quatre mois à l’avance, dans le « pire des cas », pour que les maisons éditrices aient le temps de se préparer, a confié, au journal « Le Nouvelliste », Peter Frisch de la Maison Henri Deschamps, l’une des grandes entreprises fournisseuses d’ouvrages scolaires en Haïti.

Or, depuis plusieurs années, c’est sur le tard, la veille de la rentrée des classes et même après la rentrée, que le Menfp renseigne sur la disponibilité des contrats de subvention des ouvrages scolaires.

Très souvent, le Menfp invoque des difficultés administratives, qui seraient liées à l’absence de premier ministre ou à la réalité de gouvernement démissionnaire.

Quid du budget public, préalablement envisagé pour la subvention des ouvrages scolaires, durant l’année 2019 - 2020 ?, s’interrogent plusieurs voix.

Pour l’année académique scolaire 2019 – 2020, un montant de 700 millions de gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui) était prévu pour la subvention des ouvrages scolaires et les dotations, selon les déclarations du titulaire démissionnaire du Menfp, Pierre Josué Agénor Cadet.

Les parents ainsi que les autres intervenantes et intervenants dans le système éducatif national continuent de dénoncer ce manque de planification, constaté chez les responsables étatiques de l’éducation, surtout en ce qui a trait à la subvention des ouvrages scolaires.

En plus de l’ « absence de dispositions claires », quant à la sécurité des élèves et professeurs, les autorités font montre d’un « comportement d’amateurs et d’irresponsables ». « Elles agissent dans l’improvisation ».

« Il n’y a aucune mesure institutionnelle, autour de la nomination des enseignantes et enseignants, ni autour d’un ajustement salarial pertinent pour les professeurs, par rapport à l’inflation galopante et à la dépréciation de la gourde », signale la plateforme Referans. [mj rc apr 05/09/2019 16:00]