Haïti-Corruption : Le sénateur Patrice Dumont souhaite des mesures conservatoires contre son collègue Onondieu Louis

P-au-P, 29 août 2019 [AlterPresse] --- Le sénateur Pierre-Paul Patrice Dumont demande au président du sénat, Carl Murat Cantave, de prendre des mesures conservatoires contre leur collègue Onondieu Louis, questeur au bureau du sénat, à cause de son implication présumée dans un scandale de détournements de fonds publics dans le Nord-Ouest d’Haïti.

Patrice Dumont exige également la révocation immédiate de l’employée Marie Myrlande Georges, mêlée aussi à cette affaire, dans une correspondance en date du mercredi 28 août 2019, dont a pris connaissance AlterPresse.

Le sénateur Onondieu Louis et les nommés Marie Myrlande Georges, Ysmick Choute et Jimmy Fervil seraient trempés dans une vaste opération de détournement de fonds publics, de blanchiment des avoirs, d’enrichissement illicite et d’association de malfaiteurs, selon un rapport de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), révélé par l’organisme de droits humains Fondasyon je klere (Fjkl).

Ces infractions devraient faire l’objet d’enquête approfondie sur certains points d’ombres, comme « l’obtention et l’évaluation de la déclaration de patrimoine du sénateur, la fonction occupée par le nommé Ysmik Choute au sénat de la république, recommande Patrrice Dumont.

Ysmick Choute est chef de cabinet du questeur Onondieu Louis, tandis que Marie Myrlande Georges est secrétaire générale adjointe aux événements spéciaux au sénat.

Dumont exhorte le bureau du sénat à mettre en disponibilité Choute, par une mesure disciplinaire, pour une période qui ne peut jamais excéder trois mois, en attendant que la justice règle la question en dernière instance.

« ce qui se passe au sénat n’est pas acceptable, au triple point de vue légal, éthique et administratif. Par cela, le corps des sénateurs met la république en danger. Il est inadmissible, en effet, que des élus de notre niveau acceptent de compromettre leur travail …. ».

Le sénateur Patrice Dumont avait aussi demandé au président du sénat d’inviter le sénateur Garcia Delva à s’abstenir de participer aux travaux du grand corps, pour son implication supposée dans « les activités criminelles » avec le chef de gang, Arnel Joseph, dans une lettre en date du mercredi 31 juillet 2019.

Par la suite, Garcia Delva avait informé ne plus être disponible à continuer de siéger comme vice-questeur du bureau du sénat, en attendant que toute la lumière soit faite sur son cas.

Le parlementaire Delva s’était dit prêt à répondre à toute invitation d’un juge instructeur au moment venu, dans une lettre adressée au président du sénat. [emb rc apr 29/08/2019 15:40]