Dépêches

Immigration : La plateforme Garr exige une enquête sur la mort suspecte d’un migrant d’Haïti au Mexique


mercredi 21 août 2019

P-au-P, 21 août 2019 [AlterPresse] --- La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) appelle les représentants diplomatiques haïtiens au Mexique à réclamer l’ouverture d’une enquête, afin de faire la lumière sur les causes ayant entouré la mort du migrant haïtien, Maxène André.

La plateforme Garr condamne « la façon, dont Maxène André a perdu la vie au centre d’internement pour migrantes et migrants au Mexique », dans une note en date du 19 août 2019, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Maxène André a trouvé la mort, le 6 août 2019, suite aux mauvais traitements subis dans un centre d’internement, situé à Tapachula, à la frontière sud du Mexique.

Ce centre carcéral reçoit des migrantes et migrants en situation irrégulière.

Le directeur du comité « ciudadano de defensa de los naturalizados afro » en México (Ccdnam), Wilner Métellus, a dénoncé les conditions de détention du migrant haïtien, qui auraient été en totale violation de ses droits.

Enfermé pendant 20 jours, à des températures variant entre 35 et 40°, malgré sa santé défaillante, Maxène André aurait été privé de soins et de nourriture, a rapporté ce défenseur des droits humains, qui y voit un crime raciste, commis par les autorités migratoires mexicaines.

La plateforme Garr exhorte les autorités mexicaines « à respecter leurs engagements, relatifs à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, signée par l’Etat mexicain le 18 mars 1985 et ratifiée le 23 janvier 1986 ».

La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés plaide en faveur de traitements respectueux de droits humains, dans les divers centres d’internement au Mexique. [emb rc apr 21/08/2019 10:00]