Dépêches

Haïti-Rép. Dom. : 19 ans après l’assassinat de Jeannot Succès, le Rfjs continue de réclamer justice et réparation pour sa famille


mercredi 14 août 2019

P-au-P, 13 août 2019 [AlterPresse] --- Le Réseau frontalier Jeannot Succès (Rfjs) continue de réclamer justice et réparation pour la famille de Jeannot Succès, assassiné le 13 août 2000 par des militaires dominicains.

Jusqu’à présent, justice n’a pas encore été rendue à Jeannot Succès, déplore le Rfjs, dans un communiqué de presse, transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

D’autres migrantes et migrants haïtiens continuent d’être victimes régulièrement de mauvais traitements, sous une forme ou sur une autre, de la part de soldats dominicains sur la frontière haïtiano-dominicaine ou sur le territoire dominicain.

Le Rfjs plaide en faveur d’un climat de paix à la frontière haïtiano-dominicaine.

L’organisme de défense des droits des migrantes et migrants, sur l’ile d’Haïti, signale plusieurs cas de violations de droits humains à la frontière, notamment à Belladère (sur la frontière commune avec Comendador / ville frontalière de l’Ouest de la République Dominicaine, capitale de la province d’Elías Piña en République Dominicaine) et à Malpasse (Malpaso/Jimani), durant ces derniers temps, en dépit des efforts des organisations pour réduire ce phénomène.

Ces manquements portent atteinte au respect des droits à la personne, rappelle le Rfjs, exhortant l’État haïtien à prendre des mesures, visant à créer un climat de sérénité et de paix à la frontière, et à permettre aux usagères et usagers de vaquer librement à leurs occupations, en toute quiétude.

Les autorités dominicaines devraient, à leur tour, respecter le protocole du 2 décembre 1999, en ce qui concerne le processus de rapatriement, pour éviter les violations des droits des migrantes et migrants expulsés.

La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) avait alerté les autorités haïtiennes sur « la flambée des actes de violences, perpétrés à l’encontre des migrantes et migrants haïtiens, tant à la frontière qu’en territoire dominicain.

Les autorités haïtiennes doivent exiger, de l’Etat dominicain, l’aboutissement des enquêtes, visant à punir les auteurs et co-auteurs des actes d’assassinats sur des migrantes et migrants haïtiens, avait recommandé la plateforme Garr, dans une note publiée en mai 2019. [emb rc apr 14/08/2019 10:31]