Développement durable

Haïti : Plaidoyer de centaines de jeunes en faveur de la transformation de l’éducation


mardi 13 août 2019

P-au-P, 13 août 2019 [AlterPresse] --- Des centaines de jeunes ont plaidé en faveur de la transformation de l’éducation en Haïti, lors d’une activité déroulée, le samedi 10 août 2019, au ranch de la Croix-des-Bouquets (nord-est de Port-au-Prince), à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, le lundi 12 août 2019 ; selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Cette activité ; qui a réuni environ 250 jeunes (filles et garçons). en provenance des quartiers de l’aire métropolitaine de Port-au-Prince et de certains départements d’Haïti ; viserait à aboutir à un mini-cahier de charges ; à soumettre aux dirigeants politiques du pays.

La rencontre s’est déroulée autour du thème de la journée internationale de la jeunesse 2019 : « Transformer l’éducation », à l’initiative du Ministère des sports et de l’action civique (Mjsac) et d’un groupe d’agences onusiennes en Haïti ; dont Onufemmes, le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), entre autres.

« Il y a des problèmes ; auxquels est confrontée la jeunesse du pays ; dont je ne suis pas au courant. Mais ; avec ces différentes synthèses, nous aurons de quoi soumettre à nos supérieurs hiérarchiques », a souligné le titulaire démissionnaire du Mjsac, Edwing Charles, lors d’un point de presse.

En s’inspirant du slogan accrocheur ledikasyon se lajan sere, le représentant du Fonds des Nations unies pour la population, le Luxembourgeois Yves Sassenrath, a mis en relief les différents apports de l’éducation.

« Plus de 60% de la population sont jeunes. Vous pouvez imaginer ce que cela signifie pour un pays : investir dans la jeunesse en Haïti, c’est investir dans la dividende démographique », fait remarquer Sassenrath.

Une éducation sans exclusive, de qualité et adaptée aux besoins du pays, la standardisation des méthodes d’enseignement, la généralisation du Créole comme langue d’enseignement sont parmi les différentes recommandations ; formulées par les jeunes ; qui ont pris part aux échanges.

Les autres propositions privilégient la gratuité effective de l’enseignement ; au niveau primaire, des programmes de crédit pour les jeunes, des programmes de cantine scolaire et un encadrement soutenu des adolescentes et adolescents, en particulier les filles en matière d’éducation sexuelle complète, entre autres.

En dépit des progrès accomplis, ces dernières années, dans l’amélioration de l’accès à l’éducation en Haïti, des efforts restent encore à accomplir pour accélérer la réalisation des objectifs dans le domaine de l’éducation universelle. [dj emb rc apr 13/08/2019 10:30]