Dépêches

Haïti-Politique : Un gouvernement pour adresser les urgences de l’heure, souhaite Jovenel Moïse


jeudi 8 août 2019

P-au-P, 08 août 2019 [AlterPresse] --- La république d’Haïti a besoin d’un gouvernement pour adresser les urgences de l’heure, dont la rentrée des classes, la lutte contre l’insécurité et la précarité, entre autres, estime le président Jovenel Moïse.

Il s’est exprimé ainsi, lors de la cérémonie de graduation de 656 nouvelles policières et nouveaux policiers, dont 516 hommes et 140 femmes, de la 30e promotion de la Police nationale d’Haïti (Pnh), à laquelle a assiste l’agence en ligne AlterPresse.

La création, à la chambre des députés, d’une commission ad hoc, pour étudier les pièces du premier ministre nommé Fritz William Michel et de ses potentiels ministres, constitue un grand pas dans la bonne direction, applaudit Jovenel Moïse, qui réitère son appel au dialogue à tous les secteurs de la vie nationale.

Le jeudi 1er août 2019, lors de la cérémonie de graduation de 67 nouveaux commissaires de police, Jovenel Moïse avait déjà demandé à tous les élus de s’unir, en vue de doter le pays d’un nouveau gouvernement, capable d’adresser les problèmes urgents, tels l’insécurité et la crise socio-économique, auxquels fait face la population.

Depuis le renvoi, le lundi 18 mars 2019, du premier ministre, Jean Henry Céant, et de son gouvernement, au terme d’une séance d’interpellation à la chambre des députés , aucun autre gouvernement n’est encore ratifié par le parlement.

Entre-temps, une séance de mise en accusation du président Jovenel Moïse, pour crime de haute trahison, a été mise en continuation, le mercredi 7 août 2019, à la chambre des députés.

Jovenel Moïse serait aussi impliqué dans un scandale de corruption, relatif au dossier PetroCaribe, à travers son entreprise « Agritans », qui aurait utilisé « des stratagèmes de détournement de fonds », d’après le deuxième rapport de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) sur la gestion des fonds publics.

Le document de la Cscca indexe de hauts dignitaires de l’État, dont des premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions, dans la mauvaise gestion de plusieurs milliards de dollars américains des fonds publics de PetroCaribe, de l’aide vénézuélienne à Haïti.

De nouvelles manifestations, visant à réclamer la démission de Jovenel Moïse, sont projetées, à partir du mercredi 14 août 2019, à Port-au-Prince, par divers secteurs de la vie nationale. [emb rc apr 08/08/2019 16:50]