Español English French Kwéyol

Haiti-Justice : L’ancien député Arnel Bélizaire dénonce une politisation supposée du dossier du massacre à La Saline

P-au-P, 1er août 2019 [AlterPresse] --- L’ancien député de Delmas, Arnel Bélizaire dénonce une politisation supposée du massacre de La Saline (non loin du bord de mer à Port-au-Prince), perpétré au cours du mois de novembre 2018, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

Dans le cadre du dossier du massacre de La Saline, l’ancien parlementaire répondait, à titre de témoin, le mercredi 31 juillet 2019, aux questions du juge d’instruction Chavannes Etienne.

Bélizaire s’est exprimé publiquement sur ses liens avec certains individus, inculpés dans le massacre de La Saline, dont Jimmy Cerisier alias « Barbecue ».

Une interdiction de départ a été émise, le lundi 22 juillet 2019, par le juge Étienne, contre Fednel Monchéry, directeur général au Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict) et contre Joseph Pierre-Richard Duplan, délégué départemental de l’Ouest, en référence au rapport d’enquête de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj).

Il s’agit d’empêcher ces deux hauts fonctionnaires, Fednel Monchéry et Joseph Pierre-Richard Duplan, de laisser le territoire national, soit par voie aérienne, soit par voie maritime, ou terrestre.

Fednel Monchéry a exercé une action en référé contre cette mesure d’interdiction de départ d’Haiti, prise à son encontre, rapporte le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), souhaitant que justice soit rendue aux victimes.

La Dcpj recommande l’arrestation de plus de 70 personnes pour des actes répréhensibles, en lien avec cette tuerie, y compris ces deux responsables étatiques Fednel Monchéry et Joseph Pierre-Richard Duplan.

Le bilan de la tuerie, commise les 1er et 13 novembre 2018, s’est élevé à au moins 71 morts, selon un rapport publié par le Rnddh, le jeudi 20 décembre 2018.

Cependant, au cours de la période allant du vendredi 5 au samedi 13 juillet 2019, au moins 20 personnes sont mortes, 2 sont portées disparues et 6 autres blessées par balles, lors des violences armées dans le quartier de La Saline (non loin du bord de mer, à Port-au-Prince), selon un autre rapport du Rnddh.

Les personnes, coupables des crimes, perpétrés au quartier La Saline (non loin du bord de mer, à Port-au-Prince) doivent répondre de leurs actes devant la justice, a souhaité l’ambassade de France en Haïti, dans un communiqué en date du 19 juillet 2019.

Dans un rapport, adressé au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu), rendu public le mercredi 17 juillet 2019, le secrétaire général de l’Onu, le Portugais António Manuel de Oliveira Guterres, avait aussi fait cette même recommandation aux autorités nationales. [emb rc apr 1er/08/2019 10:35]