Dépêches

Corruption / PetroCaribe : Nou p ap dòmi appelle les instances internationales à prendre leur distance face au pouvoir en place en Haïti


mardi 23 juillet 2019

P-au-P, 23 juil. 2019 [AlterPresse] --- Le groupe des Petrochallengers Nou p ap dòmi appelle les instances internationales à prendre leur distance face au régime politique en place en Haïti, dans une note en date du mardi 23 juillet 2019, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« La lutte contre la corruption et l’impunité dépasse les frontières nationales. Donc, il est important que la mobilisation trouve un écho favorable sur d’autres terrains », souhaite Nou p ap dòmi.

Suite à une invitation d’organisations dans la société civile aux États-Unis d’Amérique, le groupe des Petrochallengers Nou p ap dòmi s’est fait représenter à Washington, dans la perspective de faire comprendre combien le procès PetroCaribe est non négociable.

La présence, aux États-Unis d’Amérique, des Petrochallengers Nou p ap dòmi viserait aussi à dénoncer la répression, exercée sur la population haïtienne, ainsi que les massacres, perpétrés sur les communautés dans les quartiers populaires, comme La Saline (non loin du bord de mer, à Port-au-Prince), fait savoir la structure citoyenne.

Au moins 20 personnes sont mortes, 2 sont portées disparues et 6 autres blessées par balles, lors des violences armées dans le quartier de La Saline (non loin du bord de mer, à Port-au-Prince), au cours de la période allant du vendredi 5 au samedi 13 juillet 2019, selon un nouveau rapport du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), publié le jeudi 18 juillet 2019.

Au moins 71 morts ont été enregistrés lors de la tuerie, commise les 1er et 13 novembre 2018 au quartier de La Saline, suivant un autre rapport, publié, le jeudi 20 décembre 2018, par le Rnddh.

Plus de 70 personnes, dont des autorités étatiques et deux anciens policiers nationaux, devraient être arrêtées pour « actes répréhensibles », liés à la tuerie, perpétrée le 13 novembre 2018, au quartier La Saline,, a recommandé une enquête interne de la Direction centrale de la police judiciaire (Dcpj) en Haïti.

Jusqu’à date, aucun potentat, cité dans un rapport de la Dcpj, en relation avec les massacres à la Saline, n’a été convoqué par la justice. [emb rc apr 23/07/2019 16:00]