Dépêches

Insécurité : De grands manitous alimenteraient le trafic illégal d’armes à feu, révèle la Police nationale d’Haïti


vendredi 19 juillet 2019

P-au-P, 19 juil. 2019 [AlterPresse] --- Le directeur général de la Police nationale d’Haïti (Pnh), Michel-Ange Gédéon, exprime ses inquiétudes par rapport au trafic illégal d’armes à feu en Haïti, alimenté par de puissantes personnes, selon les informations rassemblées par l’agence en ligne AlterPresse.

« Ce ne sont pas les vilains petits canards, qui détiennent les armes, qui me préoccupent, mais plutôt les grands manitous inconscients, qui les font venir et ceux qui les distribuent sur le territoire », déclare-t-il, lors d’une cérémonie de destruction de plus de 370 armes obsolètes.

Ces armes à feu ont été saisies lors d’opérations, menées depuis juillet 2017.

L’activité de destruction de ces 370 armes s’est déroulée, le jeudi 18 juillet 2019, en présence de la représentante spéciale du secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) en Haïti, l’Américaine Helen Meagher La Lime, et de l’ambassadrice étasunienne en Haïti, Michèle Sison.

Étaient également présents le chef de la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minujusth), le Canadien Serge Therriault, et plusieurs membres du haut commandement de la Pnh.

« Les armes lâchées dans la nature, au mépris d’un pays meurtri, peuvent être retournées contre n’importe qui, n’importe quand », prévient le commandant en chef de la Pnh, qui dit craindre un effet boomerang ou, pire encore, la théorie de la justice immanente.

La Pnh a procédé à la destruction de plus de 1,200 armes à feu, saisies durant les 2 dernière années, rappelle-t-il.

Le mercredi 10 juillet 2019, le sénat de la république a adopté, à l’unanimité, une proposition de loi, visant à limiter et contrôler la circulation des armes à feu en Haïti, dans un contexte de recrudescence des actes de violences et de banditisme, à travers le territoire national.

De début janvier au 11 juillet 2019, un nombre de 517 personnes tuées a été enregistré sur le territoire national.

25 policiers nationaux ont été tués de janvier à juillet 2019, alors que 17 ont été assassinés durant l’année 2018. [emb rc apr 19/07/2019 11:20]