Dépêches

Haïti-Politique : Sit-in, le 19 juillet 2019, devant le ministère de la justice, pour réclamer justice pour les victimes de La Saline


mercredi 17 juillet 2019

P-au-P, 17 juil. 2019 [AlterPresse]--- Le regroupement Konbit òganizasyon politik, sendika ak popilè yo annonce un sit-in, ce vendredi 19 juillet 2019, en vue de réclamer justice en faveur des victimes du massacre, perpétré en novembre 2018 au quartier de La Saline (non loin dubord de mer à Port-au-Prince), entre autres, selon les informations dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Ce rassemblement, qui se tient devant les locaux, à Port-au-Prince, du Ministère de la justice et de la sécurité publique (Mjsp), vise à dénoncer les répressions, exercées par le pouvoir en place, contre les manifestantes et manifestants qui exigent la démission de Jovenel Moïse de la présidence politique en Haïti.

Le bilan de la tuerie, commise les 1er et 13 novembre 2018, dans le quartier de La Saline (Port-au-Prince), s’est élevé à au moins 71 morts, selon un rapport publié, le jeudi 20 décembre 2018, par le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Le mercredi 10 juillet 2019, il y a eu au moins 4 personnes tuées et plusieurs autres blessées, lors d’affrontements entre gangs armés à La Saline.

Le regroupement Konbit òganizasyon politik, sendika ak popilè yo avait réalisé un rassemblement, le jeudi 4 juillet 2019, devant le siège social, à Port-au-Prince, de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), pour condamner également les persécutions à l’encontre des juges de la Cscca.

Des membres de la Cscca font l’objet de menaces persistantes, depuis la publication, le 31 janvier 2019, du premier rapport d’audit sur la gestion des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Plusieurs d’entre eux ont été obligés de laisser Haïti, ont révélé, le jeudi 27 juin 2019, des membres de la Cscca, en marge d’une rencontre avec une délégation du regroupement « Ensemble contre la corruption (Ecc).

A travers son entreprise, dénommée « Agritrans », bénéficiaire d’une partie de fonds PetroCaribe, Jovenel Moïse est soupçonné d’avoir utilisé « des stratagèmes de détournement de fonds publics », pour des travaux publics dans le Nord d’Haïti, souligne le rapport d’audit de la Cscca.

Les secteurs politiques de l’opposition continuent d’appeler à la poursuite de la mobilisation pour réclamer la démission de Jovenel Moïse et le renvoi du système politique en place. [emb rc apr 17/07/2019 15:35]