Dépêches

Corruption/PetroCaribe : Une commission d’audit de l’Oea en Haïti, une atteinte à la Cscca, selon la Pohdh


mardi 16 juillet 2019

P-au-P, 16 juil. 2019 [AlterPresse] --- La démarche du président Jovenel Moïse, auprès de l’Organisation des États américains (Oea), en vue de la mise en place d’une commission d’audit en Haïti, porte atteinte à la Cour supérieure des comptes et contentieux administratif (Cscca).

C’est ce qu’estime la Plateforme des organisations haïtiennes de droits humains (Pohdh), dans une note de presse, publiée ce mardi 16 juillet 2019 et dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

« En agissant ainsi, le président Jovenel Moïse, décide malhonnêtement de cracher sur le rapport de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), dans lequel il est indexé dans la dilapidation des 4,2 milliards de dollars américains (Ndlr : US$ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 2.00 gourdes aujourd’hui) des fonds PetroCaribe », relève la Pohdh.

« L’acte de Jovenel Moïse vise à salir l’image des juges à la Cour des comptes et constitue une entrave au renforcement et à l’indépendance des institutions », poursuit la Pohdh, qui dit s’opposer « catégoriquement » à cette démarche.

Le regroupement d’organisme de défense et de promotion de droits humains en Haïti appelle la population à maintenir la mobilisation contre la corruption, en apportant son soutien aux juges de la Cscca.

Le juge Ramoncite Accimé, en charge du dossier PetroCaribe, a convoqué, pour audition, deux anciens premiers ministres et trois anciens ministres, cités dans le rapport de la Cscca.

Des mobilisations se poursuivent à Port-au-Prince et dans les villes de provinces, pour exiger le départ de Jovenel Moïse, indexé dans la dilapidation des fonds publics PetroCaribe.

Plusieurs secteurs de la vie nationale ont rejeté la demande de Jovenel Moïse pour la mise en place d’une commission d’audit de l’Oea, qui devrait venir réaliser « un audit juste, crédible et objectif » sur l’utilisation des fonds publics PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti.

Jovenel Moïse a « seulement sollicité une aide technique de l’Oea, en vue de renforcer nos institutions en matière de blanchiment d’argent et de corruption », a réagi le titulaire du Ministère des affaires étrangères (Mae), Bocchit Edmond.

Il n’empêche que beaucoup de voix continuent de s’élever, depuis le lundi 15 juillet 2019, contre la démarche de Jovenel Moïse, qui viserait à saper la souveraineté nationale, estiment différents secteurs, dont la commission « éthique et anti-corruption » au sénat de la république. [mj emb rc apr 16/07/2019 16:55]