Dépêches

Haïti-Corruption/PetroCaribe : La Plateforme politique Verite souhaite la mise en accusation du président Jovenel Moïse


lundi 4 février 2019

P-au-P, 04 févr. 2019 [AlterPresse] --- La Plateforme politique Verite encourage la mise en accusation du président Jovenel Moïse, impliqué, selon elle, dans le gaspillage des fonds PetroCaribe à travers les firmes Agritrans et Cophener.

La Chambre des députés dispose de suffisamment d’arguments pour mettre en accusation le chef de l’Etat pour ses vols, estime Génard Joseph, de la plateforme politique Verite, lors d’une interview à AlterRadio et AlterPresse.

Cette position de la Plateforme Verite fait suite aux résultats de l’audit partiel de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca) sur la gestion des fonds PetroCaribe, soumis, le jeudi 31 janvier 2019, à la Commission éthique et anti-corruption au sénat.

Ce rapport fait état d’une cinquantaine de projets, inefficients, inefficaces et de leur gestion entachée d’irrégularités.

Une entreprise dénommée Comphener S.A., appartenant à l’homme d’affaires Jovenel Moïse - qui deviendra président de la république d’Haïti à partir du 7 février 2017 - et le Bmpad - organisme public, alors dirigé par le nommé Michael Lecorps - figurent parmi les entreprises, entre autres, indexées par la Cs-cca dans la mauvaise gestion de 13 millions 780 mille dollars américains des fonds PetroCaribe, pour les « lampadaires solaires ».

Un groupe de députés se serait déjà mis d’accord pour écrire l’acte d’accusation contre le chef de l’Etat et le soumettre à l’assemblée, informe le député de Grand Goâve (Ouest), Jean Marcel Lumérant.

Dans une note de presse, en date du 3 février 2019, la Plateforme Verite appelle le juge d’instruction, en charge du dossier PetroCaribe, à saisir cette occasion, sans plus tarder, pour passer la corde au cou des voleurs et voleuses, sans distinction.

Pour gagner la confiance du peuple, la justice doit procéder à l’arrestation du premier citoyen de la république, des anciens premiers ministres, ministres et d’autres personnalités impliquées dans la dilapidation des fonds PetroCaribe, souligne-t-elle.

Seule la tenue du procès PetroCaribe est capable d’apporter une lueur d’espoir à la population et d’aider à changer sans violence la situation du pays, avance-t-elle.

De hauts dignitaires de l’Etat, dont des premiers ministres, ainsi que d’anciens ministres, d’anciens directeurs généraux et des responsables de firmes de constructions ont été pointés du doigt, à travers deux rapports du parlement, dans la dilapidation présumée de plusieurs milliards de dollars américains du programme PetroCaribe (Ndlr : US $ 1.00 = 83.00 gourdes ; 1 euro = 101.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.80 gourde aujourd’hui).

Par ailleurs, la Plateforme politique Verite dit appuyer la manifestation populaire, fixée au jeudi 7 février 2019, pour exiger la démission du chef de l’Etat et dénoncer la situation de misère, de chômage et d’insécurité, qui sévit dans le pays, entre autres.

Le 7 février 2019 ramènera le 33e anniversaire, le 7 février 1986, de la chute des Duvalier (François Duvalier 22 septembre 1957 - 21 avril 1971, Jean-Claude Duvalier 22 avril 1971 - 7 février 1986). [emb apr 04/03/2019 15:50]