Dépêches

Haïti-Séisme / Nord-Ouest : Le bilan des victimes passe à 12 morts et plus de 180 blessés

Jovenel Moïse, accompagné de Jean Henry Céant, se rend sur place - Réactions USA et ONU
dimanche 7 octobre 2018

Actualisé à 16:00 (Réactions USA et ONU)

P-au-P, 07 oct. 2018 [AlterPresse] --- Le tremblement de terre de magnitude 5.9 sur l’échelle de Richter, qui a été enregistré sur l’île d’Haïti, dans la soirée du samedi 6 octobre 2018, a fait au moins 12 morts et 188 blessés, selon un deuxième bilan partiel communiqué à AlterPresse à la mi-journée par la Direction de la protection civile.

L’épicentre de ce nouveau tremblement de terre a été localisé à 15,3 kilomètres en mer dans le canal de la Tortue, à une vingtaine de kilomètres ouest-nord-ouest de Port-de-Paix, département du Nord-Ouest, indique l’Unité technique de sismologie. Trois répliques ont été ressenties depuis au niveau de ce département.

Huit morts ont été répertoriés à Port-de- Paix, un à Saint-Louis du Nord (Nord-Ouest) et trois à Gros Morne (Artibonite, nord), précise la protection civile.

Au moins 188 personnes ont été blessées, et 151 d’entre elles sont prises en charge dans des centres hospitaliers des départements du Nord-Ouest, de l’Artibonite et du Nord, indique la même source.

Une délégation, conduite par le chef de l’État, Jovenel Moïse, accompagné du premier ministre Jean Henry Céant et de plusieurs ministres, dont ceux de l’Intérieur et des Collectivités territoriales ; de la Santé publique et de la Population et des Travaux publics, Transports et Communications, s’est rendu dans le
département du Nord-Ouest pour s’enquérir de l’état de la situation.

Le tremblement de terre du 6 octobre dans le nord d’Haïti a détruit ou endommagé des dizaines de maisons.

Le séisme a occasionné la chute de la devanture du commissariat central de Port-de-Paix, qui n’a pas fait de victime parmi les occupants. Le reste du bâtiment n’a pas subi de dommage visible, lit-on dans le rapport.

Les policiers qui se trouvaient dans le bâtiment au moment du séisme sont en sécurité, confirme la police.

Aucun dégât majeur n’a été signalé jusqu’ici en ce qui concerne les infrastructures routières, portuaires, aéroportuaires, sanitaires, éducatives, sportives et de télécommunication, à l’exception d’un centre culturel qui s’est effondré à Gros-Morne, dans l’Artibonite.

Le bureau de la délégation départementale de l’Artibonite est fortement touché par le passage du séisme. Le lycée national de Gros-Morne a également subi quelques dommages.

Les évaluations du bâti se poursuivront ce dimanche, assure la protection civile.

Réactions internationales

Les États-Unis expriment leurs sympathies et leur soutien à tous ceux en Haïti affectés par le tremblement de terre qui a frappé les départements de l’Artibonite, du Nord et du Nord-ouest le 6 octobre, déclare l’ambassade américaine à Port-au-Prince, dans un communiqué transmis à AlterPresse.

« Nous continuons de suivre de près la situation. Les États-Unis et Haïti sont des partenaires stratégiques et des amis et nous sommes prêts à participer aux efforts de secours, au cas où nous sommes sollicités », conclut le communiqué.

La représentante spéciale du secrétaire général des Nations Unies en Haïti et chef de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la Justice en Haïti (Minujusth), Helen La Lime, présente ses profondes sympathies aux familles et proches des victimes du tremblement de terre du 6 octobre, selon un communiqué de l’Onu.

« L’équipe pays des Nations Unies travaille aux cotés des autorités et institutions haïtiennes dans le cadre du système national de gestion des risques et désastres afin d’apporter si nécessaire un appui au niveau des évaluation des besoins et de la distribution rapide de l’aide aux sinistrés », assure le communiqué.

Haïtiens sous le choc, d’autres pays de la Caraïbe touchés

La secousse tellurique de samedi soir 6 octobre 2018 a également été ressentie dans la capitale Santo Domingo de la République Dominicaine, ainsi qu’à Santiago de Los Caballeros (deuxième ville en importance sur le territoire voisin d’Haïti), La Vega, Dajabon (villes au Nord de la République Dominicaine), selon des témoignages recueillis par AlterPresse.

Les données indique que d’autres territoires de la Caraïbe, notamment Cuba, Porto-Rico et les Iles Turks and Caicos, ont été secoués.

Tout de suite après le tremblement de terre de samedi soir 6 octobre 2018, beaucoup de personnes, notamment dans la zone métropolitaine de la capitale, Port-au-Prince, étaient justement sur leurs gardes, se préparant à adopter les comportements responsables en cas de répliques éventuelles.

A l’occasion de ce nouveau tremblement de terre, de ce samedi soir 6 octobre 2018, qui vient, à nouveau, rappeler, à l’attention de toutes et de tous, la permanence des aléas sismiques sur l’île d’Haïti, à côté des risques d’autres catastrophes environnementales, les appels téléphoniques crépitaient, en divers points du territoire national d’Haïti, sur la nécessité d’observer les consignes habituelles, avant, pendant et après un tremblement de terre.

Le séisme du 6 octobre ravive la mémoire des Haïtiens et Haïtiennes, traumatisés par le terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui avait fait 300.000 morts, autant de blessés et d’immenses dégâts matériels. [gp apr 07/10/2018 13:35]