Español English French Kwéyol

Haïti-Politique : Une frange de l’opposition continue de réclamer la démission de Jovenel Moïse

P-au-P, 17 juil. 2018 [AlterPresse] --- Le secteur « démocratique et populaire » appelle la population à se mobiliser, sans relâche, en vue de la démission du président Jovenel Moïse.

Les mobilisations, durant le début de ce mois, qui ont provoqué la démission du premier ministre Jack Guy Lafontant, le samedi 14 juillet 2018, marquent un rejet du président de la république ainsi que de sa politique, estime le secteur « démocratique et populaire » , dans une note en date du 16 juillet 2018, dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Des manifestations populaires ont également eu lieu, le samedi 14 juillet 2018, notamment à Port-au-Prince et Petit-Goâve (à 68 km au sud de Port-au-Prince), pour exiger le départ de Jovenel Moïse de la présidence en Haïti.

Le mercredi 4 juillet 2018, deux jours avant les violentes émeutes du vendredi 6 juillet 2018, qui ont traduit une sorte de soulèvement populaire et le niveau de la colère grondant chez diverses couches, depuis plusieurs mois, cette partie de l’opposition politique avait organisé un concert de casseroles, toujours dans l’objectif d’aboutir à la démission de Jovenel Moïse.

Plusieurs forces vives de la nation ont déjà reconnu l’effondrement général du leadership de l’exécutif en place, soutient le secteur « démocratique et populaire », qui salue les manifestations de la population haïtienne contre le pouvoir en place, après l’annonce officielle de l’augmentation (entre 38 et 51%) des prix des produits pétroliers sur le marché national.

Du vendredi 6 au lundi 9 juillet 2018, la zone métropolitaine de la capitale haïtienne, Port-au-Prince, a été le théâtre d’une situation de tension populaire, qui a paralysé toutes les activités, après l’annonce du gouvernement d’ajuster à la hausse les prix des produits pétroliers.

Cette situation a contraint les autorités à faire retrait, le samedi 7 juillet 2018, de cette décision d’augmentation. Le samedi 14 juillet 2018, Jack Guy Lafontant sera alors contraint de démissionnner du poste de chef du gouvernement.

Des tractations sont actuellement en cours, au niveau de la présidence et du parlement, pour la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Bientôt, sera rendue publique une proposition de sortie de crise, capable de « garantir un avenir meilleur aux générations futures », promet le secteur « démocratique et populaire ».

La lutte contre la corruption, la réalisation d’une conférence nationale haïtienne souveraine, le procès sur la dilapidation des fonds PetroCaribe, la reconquête de la souveraineté nationale, l’intégration socio-économique des jeunes, des femmes, des paysannes et des paysans, devraient constituer, entre autres, les piliers, sur lesquels reposera ladite proposition de sortie de crise politique en Haïti. [fb emb rc apr 17/07/2018 11:15]