Español English French Kwéyol

Haïti : Grève ouvrière annoncée au Parc industriel de Caracol

P-au-P, 20 juin 2018 [AlterPresse] --- La Centrale autonome des travailleurs haïtiens (Cath) annonce un arrêt de travail au niveau du Parc industriel de Caracol (Nord-Est), le jeudi 21 juin 2018, apprend l’agence en ligne AlterPresse.

Cette grève vise à exiger, non seulement la suspension du prélèvement d’impôt sur le revenu des ouvrières et ouvriers, mais aussi un transport convenable pour ces derniers.

La Cath prévoit deux journées de grève, les mercredi 27 et jeudi 28 juin 2018, dans la mesure où les autorités compétentes de la Direction générale des impôts (Dgi), de la Société nationale des parcs industriels (Sonapi) refuseraient de se pencher sur ce dossier.

La demande est également adressée à l’administration de S et H Global, la compagnie qui emploie le plus grand nombre d’ouvrières et d’ouvriers au niveau du Parc de Caracol, à travers ses 7 usines.

C’est un crime odieux de poursuivre ces prélèvements injustes, qui portent tellement préjudices aux travailleuses et travailleurs , critique la Cath.

La taxe, imposée aux ouvrières et ouvriers, serait de 60 mille à 120 mille gourdes (Ndlr : US $ 1.00 = 68.00 gourdes ; 1 euro = 85.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui), selon les décisions prises en Conseil des ministres en septembre 2017, précise-t-elle.

Cette mesure n’est pas applicable à cette catégorie d’ouvrières et d’ouvriers, ce sont des journaliers, rejette-t-elle.

La centrale syndicale réclame le remboursement des versements du mois d’octobre 2017 à date (mai 2018), la réintégration des travailleuses et travailleurs licenciés injustement et de meilleures conditions de travail pour les ouvrières et ouvriers.

En juillet 2017, le salaire minimum journalier a été fixé à 350.00 gourdes au lieu des 800.00 réclamées par les syndicats.

L’élaboration du 5e rapport pour la fixation du salaire minimum journalier est actuellement en cours, conformément aux prescrits de l’article 4 de la loi du 29 septembre 2009.

Il serait impossible pour les ouvrières et ouvriers d’accepter un salaire minimum journalier de moins de 700.00 gourdes, estime la Cath.

Les lundi 11 et mardi 12 juin 2018, des manifestations ouvrières initiées à Port-au-Prince devant les locaux de la Sonapi pour réclamer un salaire minimum de 1000.00 gourdes ont été dispersées, à coups de gaz lacrymogènes, par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh).

Les deux autres journées de mobilisation, prévues les mercredi 13 et jeudi 14 juin 2018, ont été annulées par les organisateurs, suite aux brutalités policières, subies par les protestataires. [mj emb apr 20/06/2018 08 :05]