Haïti : Le ministère de la justice s’en prend aux médias qui donnent la parole à « des bandits »

P-au-P, 11 mai 2018 [AlterPresse]--- Le Ministère de la justice et de la sécurité publique critique certaines dérives dans le secteur médiatique en Haïti, dans un communqué dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse.

Le nouveau ministre de la justice, Jean Roudy Aly, s’en est pris aux médias qui donnent la parole à « des bandits », se faisant du coup complices de ces criminels, dit-il.

Le ministère informe avoir adressé une correspondance à l’Associations nationale des médias haïtiens (Anmh), l’Association des médias indépendants d’Haïti (Amih) et la Fédération de la presse haïtienne, pour solliciter leur pleine et entière collaboration dans les efforts visant à freiner certaines dérives, indique-t-il.

Il condamne « la plupart des médias et journalistes » qui « s’amusent quasi-quotidiennement » à recevoir dans les émissions de ligne ouverte des bandits notoires, activement recherchés par la police.

« Ces bandits avouent leurs forfaits, tout en terrorisant la population, prennent le malin plaisir à proférer des menaces par voie de presse aux forces de l’ordre ».

« Consciemment ou inconsciemment, ces professionnels de la presse se font complices de ces individus sans foi ni loi qui sèment le deuil au sein des familles haïtiennes », poursuit-il.

Il rappelle que les commissaires du gouvernement près les tribunaux de première instance des différentes juridictions du pays, en leur qualité de chefs de poursuite, ont été instruits de rechercher à la fois les auteurs et les complices de ces faits délictueux.

Le ministre exhorte tous les journalistes à « éviter de tendre leurs micros à ces individus qui ne cessent de menacer la stabilité même de l’État ».

Les déclarations du ministre de la justice sont « graves et irresponsables », souligne l’Anmh, dans une note de presse en date du 10 mai 2018. [emb vs apr 11/05/2018 14 :20]