Haïti-Santé : Le docteur Junot Félix déplore le laxisme de l’Etat face au mode de fonctionnement des centres de formation

P-au-P, 21 mars 2018 [AlterPresse] --- Le docteur Junot Félix, professeur d’Université, déplore le laxisme de l’Etat haïtien face au mode de fonctionnement des centres de formation en santé, dans une interview accordée à l’agence en ligne AlterPresse.

Une institution de formation doit fonctionner avec l’autorisation de l’État, recommande-t-il, faisant référence à la déclaration, le lundi 19 mars 2018, du Ministère de la santé publique et de la population (Mspp) indiquant que seulement six des 18 facultés de médecine répertoriées sont reconnues.

La déclaration du Mspp prouve que l’État n’a de contrôle sur rien. L’État doit fermer ces centres de formation qui ne devraient même pas être en train de fonctionner, critique-t-il.

Sur 174 écoles d’infirmière, 83 respectent les conditions de fonctionnement, a fait savoir le Mspp.

« Il ne doit pas y avoir de demi-mesure dans cette situation terrible. Le système sanitaire du pays ne doit pas être traité avec légèreté », déclare-t-il.

Il estime qu’il est « triste et très grave » d’entendre une institution étatique se plaindre sur des problèmes liés à son domaine d’intervention au lieu de prendre des mesures nécessaires pour les résoudre.

L’État n’est pas un observatoire mais une institution qui doit assurer le bon fonctionnement de la société, rappelle-t-il.

L’illégalité des écoles et des facultés qui donnent des formations médicales aura non seulement des incidences sur le système sanitaire haïtien mais aussi sur l’avenir des jeunes qui les fréquentent, dénonce-t-il.

Le professeur d’Université en profite pour attirer l’attention des autorités sur le fonctionnement incontrôlé des pharmacies et la vente illégale des médicaments dans les rues.

Ces pratiques représentent une véritable entrave à la santé de la population, met-il en garde. [fb gp emb apr 21/03/2018 11 :25]