Dépêches

Haïti-Droits humains : La migration, une réalité à gérer ensemble au bénéfice de tous, souhaitent des institutions nationales et internationales

Protéger les migrants les plus vulnérables
mercredi 20 décembre 2017

P-au-P, 19 déc. 2017 [AlterPresse] --- La migration constitue une réalité à gérer ensemble, au bénéfice de toutes et de tous, soulignent des institutions nationales et internationales, à l’occasion de la journée internationale des migrantes et migrants, le lundi 18 décembre 2017.

Ce point de vue a été exprimé, dans un communiqué de presse conjoint du Ministère des Haïtiens vivants à l’étranger (Mhave), de l’Office national de la migration (Onm) et de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), transmis à l’agence en ligne AlterPresse.

L’Oim réitère son soutien inconditionnel aux ministères, autorités et institutions haïtiennes, en charge de la migration, pour adresser les problèmes migratoires internes et externes, auxquels doit faire face l’Etat haïtien .

Elle réaffirme son engagement à protéger les migrantes et migrants les plus vulnérables et supporter le gouvernement haïtien, dans ses efforts pour assurer et promouvoir une migration régulière et informée au bénéfice de toutes et de tous..

Traite des êtres humains, exploitations, contrebande, propagation de maladies transmissibles, manque d’assistance à la réintégration pour les rapatriés et les déportés, traversées maritimes ou terrestres périlleuses, font partie d’un ensemble de problèmes, auxquels sont confrontés des milliers de migrantes et migrants haïtiens, en se déplaçant vers les pays voisins.

Le nombre d’Haïtiennes et d’Haïtiens, qui vivent à l’étranger, est estimé à deux millions. A l’heure actuelle, les diasporas haïtiennes résident dans toute la région des Caraïbes, aux États-Unis d’Amérique, au Canada, en France et, plus récemment, en Équateur, au Brésil et au Chili.

Les États-Unis d’Amérique abritent la plus grande population de migrantes et migrants haïtiens. Un nombre important vit également en République Dominicaine (329 mille), au Canada (93 mille), en France (74 mille) et aux Bahamas (28 mille), précise le communiqué de presse.

Cette diaspora apporte également ses compétences, ses connaissances et ses capacités à ses pays d’accueil, tout en restant désireuse de soutenir le développement de leur pays d’origine, font remarquer ces institutions.

En 2017, la diaspora haïtienne à travers le monde a transféré, par le biais des transferts réguliers de fonds, un montant correspondant à 31.2 % du Produit intérieur brut (Pib) du pays.

Les transferts d’argent de la diaspora vers Haïti dépassent largement les montants additionnels de la valeur des exportations et de l’aide internationale au développement, fait savoir la titulaire du Mhave, Stéphanie Auguste.

8,312 migrantes et migrants haïtiens ont été rapatriés, durant le mois de juillet 2017, à
la frontière haïtiano-dominicaine. 1,217 autres ont été rapatriés, au mois de juin 2017, au niveau de Belladère / Comendador (Elias Piña, l’une des 32 provinces de la République Dominicaine), Malpasse Malpaso (Jimani) et Ouanaminthe /Dajabon.

Jusqu’au mois de juillet 2017, les services chiliens d’immigration ont dénombré l’arrivée de 44,289 citoyennes et citoyens haïtiens, dans un pays, où, selon certaines données, il n’y avait pas plus de 20 ressortissants d’Haïti, en 1973. [la emb gp apr 19/12/2017 12 :30]