Dépêches

Haïti-Armée : Le titulaire de la défense, Hervé Denis, convoqué, le 22 août 2017, à la chambre des députés


vendredi 18 août 2017

P-au-P, 17 août. 2017 [AlterPresse] --- Le titulaire du ministère de la défense, Hervé Denis, est à nouveau convoqué à la chambre des députés, le mardi 22 août 2017, indique à AlterPresse, le député de la circonscription Bombardopolis/Baie de Henne, Jean-Michel Moïse.

La précédente séance d’interpellation, transformée en convocation du ministre, le mardi 1er août 2017, n’a pas pu avoir lieu, parce qu’elle avait coïncidé avec la conférence des présidents, explique le parlementaire Jean-Michel Moïse.

Les désaccords, autour du processus de recrutement des postulantes et postulants pour la nouvelle armée, ont conduit plus d’une vingtaine de députés, de diverses tendances politiques, à dénoncer ce qu’ils appellent, un « comportement anti-institutionnel et antirépublicain » du ministre Hervé Denis, dans une lettre datée du 25 juillet 2017.

« On ne peut pas parler de remobilisation des Forces armées d’Haïti (Fad’h). Cela sous-entendrait que la nouvelle armée fonctionnera selon les mêmes cadres légaux de l’ancienne. Or « il nous faut une armée professionnelle », soutient le député de Bombardopolis/ Baie de Henne. .

« […] Après sa sortie du centre de formation, le militaire doit intégrer une école technique pour parfaire sa formation et non partir dans une caserne », poursuit Moïse.

« Si le ministre veut aider le président, qu’il compile les anciens textes de lois, qui régissaient le fonctionnement des anciennes forces armées […] on amendera celles qu’il faut amender et […] lui donnera alors un cadre légal pour la mobilisation d’une nouvelle armée », avance le parlementaire.

Avec une motion de 5 signatures, la séance de convocation peut se transformer en séance d’interpellation, si le ministre refuse d’obtempérer,rappelle l’élu du Nord-Ouest.

Il a aussi intervenu sur la question de la réalité du bouclage du processus .

« Le ministre (Hervé Denis) n’agit pas selon une loi, ni selon les prérogatives du parlement, qui est co-dépositaire de la souveraineté nationale et qui est appelé à légiférer sur toutes les matières d’intérêt public. Ses démarches sont donc nulles et non avenues », affirme Moïse à propos de la réalité d’achèvement du processus de recrutement des postulantes et postulants, devant constituer la nouvelle classe de soldats, selon les dispositions du gouvernement actuel.

Plus de 2 mille postulantes et postulants, dont plus de 300 femmes, ont pu s’inscrire, du 17 au 25 juillet 2017, dans le cadre du recrutement de cette nouvelle promotion de soldats, devant faire partie de la nouvelle armée d’Haïti, selon un bilan partiel.

À partir de 2012, cinq classes de soldats ont été mises sur pied, quasiment dans la clandestinité, sous la présidence de Joseph Michel Martelly. Ces nouveaux militaires ont été formés en Équateur, selon les informations disponibles.

En juillet 2017, d’anciens militaires, qui continuent de s’entraîner, en différents endroits en Haïti, exigent, de leur côté, leur intégration dans la nouvelle armée, non encore légalement définie. [am emb rc apr 17/08/2017 14:15]