Español English French Kwéyol

Migration : Augmentation importante des rapatriements à la frontière d’Haïti avec la R.D., alerte la plateforme Garr

P-au-P, 07 août 2017 [AlterPresse] --- La plateforme Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) relève « une augmentation importante » de cas de rapatriements, en différents points de la frontière haitiano-dominicaine, depuis le déploiement, en juillet 2017, de 300 militaires dominicains.

Plus de 800 militaires dominicains ont été également déployés, le lundi 24 juillet 2017, en renfort au Corps spécialisé de sécurité frontalière terrestre (Cesfront), signale la plateforme Garr dans une note de presse, en date du vendredi 4 août 2017, transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

8,312 migrantes et migrants haïtiens ont été rapatries, durant le mois de juillet 2017, à la frontière haitiano-dominicaine, indique la plateforme Garr, citant des données du directeur général du Cesfront, Sugar Puttzi Frugis Martinez, qui intervenait dans la presse dominicaine.

Au mois de juin 2017, pourtant, 1,217 ont été rapatriés au niveau de Belladère / Comendador (Elias Piña, l’une des 32 provinces de la République Dominicaine), Malpasse Malpaso (Jimani) et Ouanaminthe /Dajabon.

La plateforme Garr exhorte les autorités haïtiennes à exiger du gouvernement dominicain, dans l’agenda des pourparlers binationaux, l’intégration de la question de violation des droits humains « dont sont victimes, au quotidien, les migrantes et migrants haïtiens ».

Elle appelle les autorités dominicaines à respecter le protocole d’accord du 2 décembre 1999, relatif aux mécanismes de rapatriement, paraphé entre Haïti et la République Dominicaine.

Cet appel de la plateforme Garr est lancé au constat de « nombreux cas d’abus et de violations des droits humains », qui continuent d’être « enregistrés lors des opérations de rapatriement » à la frontière avec la République Dominicaine.

Séparation de famille, injures, agressions physiques, confiscation de documents de voyages, de téléphones portables, entre autres, des ressortissantes et ressortissants Haïtiens sont parmi les cas de violations des droits humains, recensés dans les opérations de rapatriement de la République Dominicaine vers Haïti.

Un ressortissant haïtien, âgé de 23 ans, a reçu une balle à son pied gauche, « provenant d’une arme d’un militaire dominicain, qui a procédé brutalement à son arrestation », lors d’une opération de rapatriement au point frontalier Malpaso (Jimani)/Malpasse, le 29 juillet 2017. [emb rc apr 07/08/2017 13:45]