Reportage-Photo / Haïti : Efforts de création au carnaval 2005

Par Fleurival Ladenson

P-au-P., 8 févr.-05, [AlterPresse] --- Le Carnaval 2005, qui prend fin ce 8 février, a donné lieu à un certain nombre de créations artistiques et un mariage de couleurs, en dépit des difficultés de la conjoncture qui ont affecté la disponibilité de ressources et la participation populaire (2ème jour).

Char allégorique du ministere de la culture, réalisé à partir d’objets de récupération

Les artistes peintres, décorateurs, concepteurs graphiques ont usé de leur savoir faire pour présenter au public des images resplendissantes de l’artisanat, de la peinture et du folklore haïtiens, ainsi que des figures emblématiques de l’histoire de l’humanité.

Un masque traditionnel domine la foule
Autres masques traditionnels
Le cheval, au coeur de l’histoire d’Haiti
Chorégraphie indienne

Toutes les tribus d’Afrique sont représentées dans cette grande manifestation culturelle et Les indiens de l’Amérique offrent durant 3 jours leurs chorégraphies d’un temps très reculé et parfois oublié. « Mon passé est à moi », rappelle le thème du carnaval qui invite à un flash back jusqu’à l’ancienne Egypte.

Bylie Alcide, reine du carnaval 2005

Les rois et reines choisis sont d’un optimisme, d’une finesse et d’une fierté rares. Belle, élégante, et vêtue d’habits qui sortent de l’ordinaire, la reine des reines de cette année, Bylie Alcide (photo logo), a déclaré à AlterPresse : « Je suis la plus belle femme au monde ». Gonaïvienne de naissance, elle a conclu que sa ville natale, « même sous les eaux, peut accoucher des merveilles ».

Arnoux Toussaint, roi du carnaval 2005

« Obtenir le trône du roi dans le carnaval haïtien, c’est pas compliqué », a laissé entendre Arnoux Toussaint, celui qui tient cette année les rennes de la cour carnavalesque. Digne, dans son costume de fonction, l’heureux élu se félicite « d’avoir une bonne connaissance de cette fête ».

Le gouvernement a décaissé cette année un montant de soixante dix millions (70, 000,000) de gourdes pour l’organisation du carnaval. D’importantes dispositions de sécurité ont été prises par la police et la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH).

Cependant, des perturbations ont été enregistrées dans le carnaval de Port-au-Prince. Le deuxième jour gras du carnaval 2005 baptisé « mon passé m’appartient » a accusé un certain déficit de participation populaire, comparé au premier jour gras, a constaté Alter Presse. Des tirs entendus dans la zone du palais présidentiel dans la soirée du 6 février avaient semé la panique parmi les carnavaliers.

Le 7 février, malgré les craintes suscitées par les incidents de la veille, des bandes à pied, au nombre de quinze, dont Fashion Matté, Relax band, School Band, Familia, Titanic, Original Cash cash, Affection band, Filalang ont assuré l’animation peu avant la performance de ténors, tels que les orchestres Mizik mizik, T-vice, Djakout mizik, Sweet Micky, Boukman Eksperians et King Posse. [fl gp apr 08/02/2005 16:20]