Español English French Kwéyol

Haïti-Droits humains : Une dizaine d’organisations projettent de déposer au parlement une proposition de loi sur la protection des mineurs

P-au-P, 19 juil. 2017 [AlterPresse] --- Une coalition [1] de dix organisations de la société civile projette de déposer, le mardi 25 juillet 2017, au parlement haïtien, une proposition de loi, visant la protection des mineurs et des jeunes adultes.

Constitué d’une vingtaine d’articles, le texte de loi touche le phénomène de la pédophilie, du proxénétisme, de l’abandon et des travaux forcés des mineurs, selon Gédéon Jean, directeur exécutif du Centre d’analyse et de recherches en droits humains (Cardh)

Le document souhaite également la mise en place de plusieurs structures au niveau national, départemental et communal afin d’assurer la protection des mineurs, précise-t-il lors d’une conférence de presse, le mardi 18 juillet 2017, et à laquelle a assisté l’agence en ligne AlterPresse.

Ces structures, explique Jean, auront pour mission d’évaluer, d’orienter et de suivre les actions et décisions au niveau national en ce qui a trait à la protection des mineurs et des jeunes adultes en danger ou exposés aux abus, à l’abandon, à la pédophilie, à la dépravation, à la débauche ou à la délinquance.

« L’initiative de proposer une loi sur la protection des mineurs vient d’un constat. Nos jeunes sont considérés comme victimes d’une série de mauvaises pratiques dans la société et qui portent atteinte à leur dignité et à leurs droits », déplore, pour sa part, Jocelyne Colas Noël, directrice nationale de la Commission épiscopale (catholique romaine) Justice et paix (Ce/Jilap).

À travers cette proposition de loi, la coalition entend protéger et défendre les mineurs et les jeunes adultes en danger face aux dérives sociales, morales et culturelles.

Du 19 au 24 mars 2017, la coalition avait lancé, à travers les dix départements géographiques d’Haïti, une « caravane de cueillette de signatures » pour une pétition contre la débauche juvénile et la dévalorisation de la culture haïtienne.

Cette initiative voulait aussi sensibiliser la société sur les problèmes auxquels la jeunesse haïtienne fait face et exiger l’adoption de mesures visant à protéger la jeunesse, rappelle Rosy Auguste Ducena, assistante responsable de programmes, du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Cette pétition qui va accompagner la proposition de loi, lors de son dépôt au parlement, a recueilli 10,996 signatures dont 10,789 sur tout le territoire et 207 en ligne, fait-elle savoir. [jd emb gp apr 19/07/2017 11:00]


[1La coalition regroupe la Solidarite Fanm ayisyen (Sofa), Fanm Deside, Asosyasyon fanm solèy Dayiti (Afasda), l’Unité de recherche médico-légale (Uramel), le Conseil haïtien des acteurs non étatiques (Conhane), le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), la Commission épiscopale (catholique romaine) Justice et paix (Ce/Jilap), le Centre d’analyse et de recherches en droits humains (Cardh), la Plateforme des organisations haïtiennes de droits humains (Pohdh) et le Mouvement des femmes haïtiennes pour l’éducation et le développement (Moufhed).