Haïti : Le Rnddh et la Jilap, préoccupés par le climat d’insécurité

P-au-P, 07 juin 2017 [AlterPresse] --- Le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh) et la Commission épiscopale (catholique romaine) Justice et paix (Jilap) se disent préoccupés par le climat d’insécurité, qui remonte à travers le pays, dans des interviews accordées à l’agence en ligne AlterPresse.

La situation sécuritaire dans le pays est « inacceptable », estime le Rnddh, qui profite pour adresser ses condoléances aux familles des victimes de l’insécurité.

« Le manque de contrôle, sur la circulation des armes sur le territoire national, est un facteur clé du problème ainsi que les accointances des chefs de gangs avec divers politiciens […] », dénonce Pierre Espérance, directeur exécutif du Rnddh.

Il signale que certaines personnes, attachées à la sécurité des parlementaires et d’autres autorités, sont des bandits.

Les acteurs corrompus de la Police nationale d’Haïti (Pnh) entrent en connivence avec des réseaux criminels ainsi que des acteurs de la chaîne pénale, qui reçoivent des pots de vin en échange de la libération des prévenus, sur la demande de certaines autorités, déplore-t-il.

Retrouvez ce thème dans « l’information à tout moment » sur AlterRadio

Espérance appelle à un meilleur contrôle de la circulation des armes et des voitures à vitres teintées.

Il critique vertement la déclaration du premier ministre Jack Guy Lafontant, qui a laissé entendre que le nombre de cas de violence, liés à l’insécurité, au cours du mois de juin 2017, est nettement inférieur au nombre de cas enregistrés au mois de juin de l’année précédente (2016).

Cette déclaration est un manque de respect de la vie humaine, déclare le militant.

Frédérique Viau, une jeune femme-médecin, âgée de 32 ans, a été abattue, à bord de son véhicule, dans la matinée du lundi 5 juin 2017, à Delmas 83, par des bandits armés circulant à motocyclette.

Une marchande de légumes a trouvé la mort, au marché télélé, à Pétionville (périphérie est), suite à une intervention des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh), le dimanche 4 juin 2017.

« Nous avons un État défaillant à tous les niveaux […] les autorités n’ont jamais pensé une stratégie de sécurité générale, nationale et adaptée à la réalité haïtienne », s’indigne, pour sa part, le juriste Rovelson Apollon, coordonnateur de Jilap.

Le problème de l’état civil est aussi au cœur de la crise, avance-t-il.

« L’État n’arrive pas à identifier les citoyens […] La récurrence des accidents de la route, des cas de lynchage et des assassinats démontrent que l’État n’étudie ni n’analyse les faits, afin d’éviter qu’ils se reproduisent […] », poursuit-il.

« Les dispositions ne sont pas prises, afin de recueillir des données scientifiques, à propos des actes d’insécurité », regrette Apollon, qui appelle les citoyennes et citoyens à responsabiliser les autorités établies.

Jilap critique l’inexistence d’un service de renseignements fiables et le manque de modernisation des institutions, en vue de combattre l’insécurité. [am emb gp apr 07/06/2017 15:45]