Haïti-Sous-traitance : Les syndicats ouvriers observent une trêve...

P-au-P, 06 juin 2017 [AlterPresse] --- Les syndicats ouvriers observent, à partir de cette semaine, une trêve au profit des discussions engagées, depuis le lundi 5 juin 2017, avec le patronat et le gouvernement. .

C’est ce qu’a indiqué le secrétaire général de la Centrale autonome des travailleurs haïtiens (Cath), Fignolé Saint Cyr, joint au téléphone par l’agence en ligne AlterPresse.

« La commission affaires sociales du sénat est saisie de la question. Nous sommes engagés dans un processus de négociation. Donc, nous attendons », déclare Saint-Cyr, qui souhaite la prise en compte des revendications du secteur syndical, en vue d’une issue à la crise sociale.

Au cas où les revendications des ouvrières et ouvriers ne seraient pas satisfaites, la mobilisation sera reprise, d’ici le lundi 12 juin 2017, prévient-il.

Depuis plusieurs semaines, des organisations ouvrières réclament un ajustement du salaire minimum à 800.00 gourdes, au lieu des 300.00 gourdes actuelles (US $ 1.00 = 65.00 gourdes ; 1 euro = 78.00 gourdes ; 1 peso dominicain = 1.60 gourde aujourd’hui) pour huit heures de travail par jour et de meilleures conditions de travail, comme la création de cafétérias, l’accès à des moyens de transport et aux logements sociaux.

Aucune entente n’a été trouvée, a l’issue de la tenue de la première séance de travail, le lundi 5 juin 2017, entre les syndicats ouvriers, le patronat et le gouvernement, informe Saint-Cyr.

La réunion s’est terminée en queue de poisson, suite à une prise de gueule entre le président de la commission affaires sociales du sénat, Antonio Chéramy, et le directeur général du Ministère des affaires sociales et du travail (Mast), Rudy Hérivaux, rapporte-t-il.

Sur le dossier de la mise en place du Conseil supérieur des salaires (Css), le titulaire du Mast, Roosevelt Bellevue, aurait laissé entendre que l’arrêté, nommant les membres du Css, serait prêt.

Bellevue n’était pas en mesure de citer les noms des membres du nouveau Conseil, fait-il savoir.

Tout en plaidant en faveur du respect des droits des ouvrières et ouvriers, la Centrale autonome des travailleurs haïtiens dit espérer que ce nouveau Conseil pourra répondre aux desideratas de la population, notamment aux revendications du mouvement des ouvrières et ouvriers.

Pour sa part, l’organisation Konbit ayisyen pou lojman altènatif (Kayla) se dit solidaire des revendications des ouvriers.

Kayla dénonce la répression, exercée par des agents de la Police nationale d’Haïti (Pnh) sur certains ouvriers, lors des manifestations.

Kayla appelle à une mobilisation générale contre la cherté de la vie, le chômage et la faim, entre autres. [jd emb rc apr 06/06/2017 12:20]