Il faut « repenser, changer radicalement » le système électoral en Haïti, préconise le Rnddh

P-au-P, 29 jan. 2017 [AlterPresse] --- La manière, dont s’est déroulée la journée électorale du dimanche 29 janvier 2017, confirme la nécessité de changer radicalement le système électoral en Haïti, préconise le Réseau national de défense des droits humains (Rnddh).

Les observateurs du Rnddh, déployés sur le terrian, ont relevé un taux de participation très faible de la population, dans les scrutins de ce dimanche, rapporte à AlterPresse Pierre Espérance, directeur exécutif de l’organisme de défense des droits humains.

« Dans bon nombre de bureaux et centres de votes, à travers le pays, le problème de la liste d’émargement s’est encore posé. Des électrices et électeurs ont été redirigés vers d’autres centres de votes, ce qui les a découragés et a rendu encore plus faible le taux de participation »..

La structure provisoire du système électoral, laisse beaucoup trop de marge aux erreurs et malversations. Elle profite aux candidats les plus fortunés, qui peuvent aisément acheter les votes, estime le Rnddh..

Des électeurs ont crié, à haute et intelligible voix, pour qui ils ont voté. Ce qui constitue une tentative d’orienter le vote de certains autres électrices et électeurs.

« Des photos de candidats ont été distribuées à proximité de certains centre de vote. Dans le Plateau central, il y a eu un affrontement ouvert entre les partisans de Rony Célestin, candidat au sénat du Parti haïtien tèt kale (Phtk) et Abel Descolines, candidat au sénat du parti Konvansyon inite demokratik (Kid, allié du Phtk). A Mirebalais (toujours dans le Plateau central), un centre de vote a été attaqué, à coups de gaz lacrymogènes, par des individus non identifiés. Le centre de vote a été évacué, mais la police a repris le contrôle ».

De son côté, la branche en Haïti de l’organisation « New england human rights » salue la bonne organisation de la journée électorale du 29 janvier 2017.

Les bureaux de vote ont ouvert à temps et leurs membres ont été assez impliqués dans le processus, souligne à AlterPresse Antonal Mortimé, représentant de « New england human rights » et membre d’une coalition d’organisations, qui observent le déroulement des scrutins du dimanche 29 janvier 2017.

« Nous allons sans doute assister à un faible taux record de participation aux joutes électorales du 29 janvier 2017 »

Le Réseau national de défense de droits humains et la branche en Haïti pointent du doigt la persistance du faible taux de participation de l’électorat, dans les scrutins qui se sont succédé en Haït, i« le problème majeur durant la journée électorale du 29 janvier 2017 ».

« Ceci est dû au fait que les candidats, une fois élus, ne tiennent jamais leurs promesses. Donc, la population ne se sent plus intéressée aux élections », signale Mortimé, rappelant combien le taux de participation, des électrices et électeurs, était très faible, au niveau de la députation le dimanche 20 novembre 2016.

Le taux de participation diffère d’un département à un autre, mais le département de l’ouest pourrait enregistrer le plus faible taux de participation, anticipe le Rnddh.

Aux scrutins du dimanche 29 janvier 2017, doivent être élus 570 Conseils d’administration des sections communales (Casec), 568 Assemblées de sections communales (Asec), 8 sénateurs et un député. [am rc apr 29/01/2017 15:26]