Haïti-Élections : L’Ocid souhaite la publication, le 29 décembre 2016, des résultats définitifs de la présidentielle

P-au-P, 20 déc. 2016 [AlterPresse] --- L’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie (Ocid) appelle le Conseil électoral provisoire (Cep) à mettre des bouchées doubles, en vue du respect du délai du jeudi 29 décembre 2016, date prévue pour la publication des résultats définitifs de la présidentielle du 20 novembre 2016.

Dans un communiqué de presse en date du mardi 20 décembre 2016, transmis à AlterPresse, l’Ocid invite le Cep à tenir compte du caractère participatif, transparent et des enjeux de ces élections pour l’avenir d’Haïti.

Il en profite pour dénoncer les manifestations violentes et les discours d’intimidation, de nature à entraver la sérénité des juges électoraux, appelés à trancher sur les contestations en toute « impartialité ».

L’Ocid salue « le fait, par des candidats qui réfutent les résultats du scrutin, d’utiliser la voie légale et procédurale pour exprimer leurs griefs ».

Ce geste, dit-il, témoigne, « jusqu’ici, d’une certaine confiance de leur part, vis-à-vis de l’institution électorale ».

Entre-temps, le Bureau du contentieux électoral national (Bcen) a ordonné la vérification de 12% des procès-verbaux de la présidentielle du 20 novembre 2016, au Centre de tabulation des votes (Ctv), à partir de ce mardi 20 décembre 2016.

Cette disposition est prise en vue de « faire jaillir la lumière » et d’ « établir la sincérité du scrutin », selon l’arrêt du Bcen.

Le tribunal électoral a adopté cette décision, tôt ce mardi 20 décembre 2016, après avoir entendu, la veille (lundi 19 décembre 2016), les affaires opposant Pitit Dessalines, la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh) et Fanmi lavalas au Parti haïtien tèt kale (Phtk), dont le candidat, Jovenel Moise, vient en tête des résultats préliminaires avec 55.67% des suffrages exprimés.

12% des procès-verbaux, soit un total de 1,560 procès-verbaux, seront vérifiés de « manière aléatoire », selon les conclusions du tribunal, présidé par la conseillère Josette Dorcély.

Sur les 30 cas de contestations (3 pour la présidentielle, 7 pour les sénatoriales et 20 pour la députation), enregistrés par le Cep, les principales réclamations portaient sur des demandes d’annulation de procès-verbaux ou de centres de vote dans 60% des cas, de recomptage ou de vérification dans 43.3% des cas et de prise en compte des procès-verbaux ou de réclamation de vote dans 23.3% des cas, lit-on dans le communiqué de l’Ocid.

« La plupart des candidats contestataires, qui ont sollicité l’annulation de certains procès-verbaux, ont aussi demandé à ce que les bénéficiaires présumés des fraudes alléguées soient exclus de la course », poursuit-il.

L’Observatoire citoyen pour l’institutionnalisation de la démocratie, qui se dit préoccupé par le « tohu-bohu juridico-politique » entourant la phase des contestations, a appelé les autorités à la vigilance vis-à-vis de telles infractions au décret électoral « pour prendre les mesures idoines, visant à les prévenir et à les sanctionner ». [jd emb rc apr 20/12/2016 12:55]