Dépêches

Haïti-Elections : Lapeh et Fanmi Lavalas, préoccupés par des anomalies dans le traitement des procès verbaux au Ctv

22% des procès verbaux mis à l’écart pour non conformité
vendredi 25 novembre 2016

P-au-P, 24 nov. 2016 [AlterPresse] --- La Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation haïtienne (Lapeh) et le parti politique Fanmi Lavalas expriment leurs préoccupations, à propos d’anomalies, dans le traitement des procès-verbaux des élections du 20 novembre 2016, au niveau du Centre de tabulation des votes (Ctv).

Les représentants de Lapeh, au Ctv, ont vu et constaté des anomalies, qui pourraient entacher le processus électoral, indique le candidat à la présidence de Lapeh, Jude Célestin, dans une lettre adressée au Conseil électoral provisoire (Cep).

« De nombreux procès-verbaux, acheminés au Ctv, ont été acceptés et validés, alors que les listes d’émargement corrélatives ne portent ni signatures ni empreintes digitales des votants, seules capables de garantir l’authenticité du vote en référence à l’article 158.1 du décret électoral », écrit-il.

« Si, dans les prochaines heures et avant toute proclamation de résultats partiels, une si flagrante violation n’est pas corrigée, elle risque d’entacher, irrémédiablement, l’intégrité et la fiabilité de tout le processus », poursuit le candidat de Lapeh.

Des corrections immédiates s’imposent, signale-t-il.

Les procès-verbaux doivent, notamment, être soumis au service de contrôle de conformité du Ctv, seul habilité à les examiner et à les valider.

Cette réaction du candidat à la présidence de Lapeh survient moins de quelques heures, après que des représentants de certains partis politiques ont condamné le fait que les procès-verbaux ont été irrégulièrement comptabilisés.

Un des mandataires du parti politique Famni Lavalas, au Ctv, l’ancien sénateur Yvon Feuillé, avait, auparavant, critiqué le manque de contrôle de conformité des procès-verbaux, avant leur tabulation.

Le Comité exécutif du parti Fanmi Lavalas a écrit au président du Cep, Léopold Berlanger, pour dénoncer un « coup d’État électoral », qui serait en marche.

Aux dernières nouvelles, on a appris que 22% des procès-verbaux ont, pour le moment, été mis à l’écart, au Ctv, pour manque de conformité.

Contacté à ce sujet par AlterPresse, Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (Rnddh), ayant le statut d’observateur au Ctv, déclare qu’il y aurait lieu d’écarter jusqu’à « 50% » de procès verbaux non conformes au décret électoral.

Le Rnddh invite le Cep à faire appliquer rigoureusement le décret électoral, dans le traitement des procès-verbaux, avant toute tabulation. [jep gp apr 24/11/2016 17:00]