Haïti-Élections : « Profonde inquiétude » d’un groupe de socioprofessionnels

Lettre ouverte du Forum Politique de Socioprofessionnels Progressistes Haïtiens au Conseil Électoral Provisoire (CEP), au Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) et au Conseil National des Télécommunications (CONATEL)

Document soumis à AlterPresse le 21 novembre 2016

Mesdames, Messieurs

Nous, signataires de la présente, membres du Forum Politique de Socioprofessionnels Progressistes Haïtiens, vous faisons parvenir cette lettre pour exprimer notre profonde inquiétude ainsi que notre consternation face à la désinvolture et l’irresponsabilité dans l’attitude affichée dans la soirée électorale du dimanche 20 novembre 2016 par certains médias haïtiens.

En effet, dans l’irrespect le plus total du décret électoral du 2 mars 2015, quelques médias ainsi qu’une compagnie de téléphonie mobile (Digicel) se sont livrés hier soir à un périlleux exercice de manipulation de l’opinion publique en faisant appel à l’émotionnel, au sensationnel, plutôt qu’à la réflexion selon le principe de l’éminent linguiste américain et militant de l’émancipation Noam Chomsky. En dehors de toute volonté de préserver l’intégrité de la presse, certains médias n’ont pas pris le temps, conformément à l’article 2 du code de déontologie des médias et des journalistes d’Haïti, de ‘‘rechercher pour le public des informations, les vérifier, les situer dans un contexte, les hiérarchiser avant de les diffuser.’’

Ainsi, de nombreux citoyens haïtiens abonnes la compagnie de téléphonie Digicel ont reçu dans la soirée du 20 novembre, jour de l’élection, le message suivant. Nous écrivons mot pour mot :

« Jovenel MOISE genyen eleksyon yo a 64% vòt yo depi premye tou. Rezilta yo konfime sa nan 10 depatman peyi a. CNN anonse viktwa Jovenel. »

Ce message est parvenu au nom FLASH sur le téléphone d’un voisin, abonné au réseau de la compagnie Digicel, le 20 novembre 2016 à 10 : 26 PM

Comme nous avons pu le constater, les opinions de certains individus, tous abonnés à un certain secteur politique, n’ont pas été rapportées avec impartialité, équilibre et exactitude. Elles ont été présentées comme des faits. Il s’agit là d’un accroc grave qui, non seulement attaque la crédibilité de la profession auprès de tous les citoyens et citoyennes, met en péril le rôle que peut jouer la presse dans la construction d’un État démocratique en Haïti.

Nous savons tous qu’Haïti n’est pas les États-Unis d’ Amérique ni la France, ni le Canada ou le Nicaragua où un système électoral relativement fiable et complètement informatisé peut permettre la diffusion des résultats instantanément. Si tel était le cas, le décret électoral n’aurait pas prévu la mise sur pied d’un Centre de tabulation nationale (section G. articles 171 à 174).

En raison des particularités de notre territoire, de notre société ainsi que de la configuration de l’électorat, il n’est nullement possible dans le cadre du système électoral haïtien de ‘‘déterminer’’ les tendances d’un vote populaire dans les heures qui suivent la fermeture des bureaux de vote et de ‘‘proclamer’’ les résultats dans les heures voire les jours suivants. Les résultats ne sauraient être diffusés sur la base des dépouillements de quelques bureaux alors même que les procès-verbaux n’ont pas encore été rédigés (Section F. Art. 162 à 170.1, décret électoral du 2 mars 2015). Est-ce pourquoi le Conseil Électoral Provisoire avait prévu de diffuser les premières estimations électorales dans un délai d’une semaine.

Vouloir faire croire le contraire, dans le meilleur des cas c’est agir avec légèreté en voulant profiter de l’effet du sensationnalisme ou dans le pire tenter une manipulation éhontée et audacieuse de l’opinion publique sur la base de l’analphabétisme et l’ignorance comme c’est souvent le cas chez nous.

Dans le cas qui nous concerne précisément, en tenant compte des connivences des médias qui se sont publiquement livrés à cet exercice avec les puissances d’argent et un secteur rétrograde, nous sommes convaincus que la manœuvre a été sciemment orchestrée dans le but de bananer (escroquer, tromper) la population afin de susciter un climat de confrontations, de guerres larvées et d’anarchie.

Une telle tentative n’aura pour d’autres conséquences, comme le 22 janvier 2015, que de conduire les forces progressistes à une nouvelle phase de protestation. Les forces rétrogrades lors même qu’elles sont soutenues par les puissances d’argent, les médias et l’international ne peuvent venir à bout de l’aspiration au changement de toute une population. Afin que nul n’en prétexte ignorance, toutes confrontations à venir est à mettre sur le compte des manipulateurs de l’opinion publique et fauteurs de troubles.

Aussi, nous invitons les principales instances concernées, le CEP, le CONATEL, le MCC à prendre leurs responsabilités et à prêcher d’exemple. Des sanctions sévères doivent être prises contre ces fauteurs de troubles qui n’aspirent qu’à mettre le pays sur la voie incendiaire pour régler leurs affaires. « Un pays n’est pas un boudoir que l’on livre aux caprices des plus offrants ».

Suivent les signatures

-  AUGUSMA, Josue, Avocat, Politologue
-  BELFLEUR, Jean Willy, Philosophe, Pédagogue
-  BELTIS, James, Sociologue, Travailleur social
-  CASSEUS, Asline, Informaticienne
-  CASSEUS, Luckner, Philosophe, Normalien Supérieur
-  CELESTIN, Reynold, Géographe, Anthropo-sociologue
-  CENADIN, Leones, Ingénieur Civil
-  CLERVEAU, Michelet, Géographe, Professeur des Universités
-  CUPIDON, David, Philosophe, Travailleur social
-  DARBOUZE, James, Philosophe, Travailleur Indépendant
-  DESCIEUX, David, Ingénieur, Ms Economics
-  DIEUBON, Sacha, Philosophe, Normalien Supérieur
-  DORCILIN, Ketelin, Normalien Supérieur, Professeur
-  DORVILIER, Samuel, Économiste, Sociologue
-  ETIENNE, Jean Odile, Géographe, Professeur des Universités
-  JEAN BAPTISTE, Wilson, Sociologue
-  JEAN FRANCOIS, Gerald, Économiste, Travailleur Indépendant
-  JEAN PIERRE, Tamas Sauvagna Enock, Enseignante, Sociologue
-  JOSEPH, Pierre-Richard, Sociologue
-  JOSEPH, Renardo, Géographe, Professeur des Universites
-  LAUROLE, Sony, Historien, Professeur
-  LINDOR, Panel, Philosophe, Avocat
-  MATHIEU, Frantz Junior, Anthropo-Sociologue, Historien (Ms.)
-  MICHEL, Fresner, Philosophe, Enseignant
-  NUMA, Guy, Éducateur Populaire, Travailleur Social
-  PAUL, Volcimus Ismael, Normalien Supérieur, Géographe
-  PETIOTE, Djimy, Pédagogue, Littéraire
-  PETIT-FRERE, Dieulermesson, Littéraire, Éditeur
-  PETIT-JEAN, Derinx, Enseignant, Anthropo-Sociologue
-  PIERRE, Monnois, Philosophe, Enseignant
-  PIERRE-TOUSSAINT, Jean Medy, Gestionnaire, Travailleur Indépendant
-  PROVIDANCE, Nelio, Economiste, Enseignant
-  RAYMOND, Louis Junior, Normalien Supérieur, Enseignant, Juriste
-  ST VICTOR, Salvatory, Sociologue, Administrateur
-  THELUSMA, Nicolas, Philosophe, Travailleur Indépendant.