Español English French Kwéyol

Les changements climatiques, un obstacle à l’éradication de la pauvreté en Haïti, selon le Ministère de l’environnement

P-au-P, 16 nov. 2016 [AlterPresse] --- « L’éradication de la pauvreté, dans mon pays, devient presqu’une illusion, quand, de temps en temps, les structures économiques et les infrastructures sont balayées par des catastrophes naturelles, amplifiées par les incidences perverses des changements climatiques » [1] .

C’est ce qu’a déclaré le titulaire du Ministère de l’environnement (Mde) et ancien président du Sénat, Dieuseul Simon Desras, lors de son intervention, le mardi 15 novembre 2016, à la tribune de la 22e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Cop 22), selon les extraits obtenus par l’agence en ligne AlterPresse.

La 22e Conférence des parties se déroule du lundi 7 au vendredi 18 novembre 2016 à Marrakech (Maroc).

Desras a, par ailleurs, rappelé la contribution d’Haïti dans la lutte contre les changements climatiques, en dépit du fait que la république caribéenne soit faible émettrice de gaz à effet de serre.

Des mouvements sociaux latino-américains ont exigé la reconnaissance, par les pays riches, du principe de responsabilité différenciée, dans le traitement du réchauffement climatique, lors du sommet de la Cop21, tenu en décembre 2015, à Paris (France), en réaction aux propositions du capitalisme vert.

« En attendant la ratification de l’Accord de Paris, par le parlement, toutes les étapes sont déjà franchies pour le dépôt de notre instrument d’acceptation des amendements de Doha au Protocole de Kyoto », a fait savoir Desras.

Lors de cette 22e conférence des parties, les chefs d’Etats, de gouvernements et ministres de plus 180 pays ont renouvelé leurs engagements, contractés dans le cadre de la conférence de Paris sur le climat (Cop21).

Composée, entre autres, des Ministères de l’environnement (Mde), de l’économie et des finances (Mef), de la planification et de la coopération externe (Mpce), du parlement, des partenaires techniques et financiers et des représentants de la société civile, la délégation officielle d’Haïti dit vouloir explorer des opportunités pour le pays.

Le passage de l’ouragan Matthew (les lundi 3 et mardi 4 octobre 2016) sur Haïti a laissé un lourd bilan pour le secteur agricole.

Près de 350 mille têtes de bétails (bœufs, cabris, porcs, poulets) ont été tuées et emportées par les eaux.

La mer et la pluie ont saccagé les plantations agricoles, pollué les eaux de surface dans les départements (Sud, Grande Anse et Nippes / Sud-Ouest, Nord-Ouest) les plus touchés, les rendant impropres à la consommation. [am emb rc apr 16/11/2016 14 :45]


[1Ndlr : En Haïti, les changements climatiques sont plutôt vus comme des bouleversements ou transformations négatives, enregistrées dans l’environnement...