Haïti-Matthew : Cri d’alarme en faveur des sinistrés de la Grande Anse

Jérémie, 27 oct. 2016 [AlterPresse] --- De concert avec l’Académie de formation et de perfectionnement des cadres (Afpec), le secrétaire général de l’Université publique de la Grande Anse (Sud-Ouest d’Haïti), Grégory Casimir, lance un cri d’alarme en faveur des sinistrés de ce département, trois semaines après le passage de l’ouragan Matthew.

La situation devient de plus en plus grave, à cause des pluies diluviennes qui continuent de s’abattre sur le département, rapporte-t-il.

« La pluie vient compliquer la situation, puisque la majorité des toitures en tôles ont été emportées par les vents. Il n’y a pas encore de véritables distributions de tôles dans la ville », se plaint-il.

Ces derniers jours, des rivières, comme celles de Dame Marie, d’Anse d’Hainault, des Abricots et de Bonbon, étaient en crue.

Dans la ville de Jérémie, chef-lieu du département, la situation des sinistrés se complique davantage. La plupart d’entre eux n’ont, jusqu’à présent, reçu aucune assistance des autorités de l’État, dit-il.

Le maire principal de Jérémie, Claude Aris Milord, a déjà appelé les organismes, qui apportent l’aide dans le département de la Grande Anse, à accélérer le processus pour permettre à la population de sortir de l’impasse, rappelle Casimir.

Les activités scolaires, commerciales toujours paralysées

Les activités scolaires n’ont pas encore repris dans le département de la Grande Anse, notamment à Jérémie et les zones avoisinantes, indique Casimir.

La majorité des écoles publiques ou privées de la zone ont été considérablement endommagées, lors du passage de l’ouragan Matthew.

Trois semaines après le passage du cyclone Matthew, sur 774 écoles affectées par l’ouragan Matthew, seulement huit (8) d’entre elles ont pu être réhabilitées à date, selon un rapport du Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (Mict), rendu public le week-end écoulé.

Parmi ces écoles affectées, on dénombre 228 dans le département des Nippes (une partie du Sud-Ouest), 217 dans la Grande Anse (autre partie du Sud-Ouest), 171 dans le Sud, 73 dans le Nord-Ouest, 33 dans le Sud-Est, 26 dans l’Artibonite, 22 dans l’Ouest et 4 dans le Plateau central.

Les activités commerciales peinent à reprendre, également à Jérémie, en raison des dégâts causés au niveau des plantations. Les commerçants n’ont plus rien à vendre dans les marchés, puisque tout a été détruit, souligne l’universitaire.

L’eau potable, un casse-tête

En outre, l’eau potable n’est pas accessible à la population, dans certaines communes du département de la Grande Anse, signale Casimir.

« Certaines institutions ont installé des points de traitement de l’eau, mais une grande partie de la population n’y a pas accès. Au niveau de Jérémie, il n’existe pas de points de distribution », se lamente-il. [jep emb gp apr 27/10/2016 14:00]

Photo : Gotson Pierre